22 ème dimanche du temps ordinaire

Homélie: Dimanche 22 ème dimanche du temps ordinaire- année C – 1er septembre 2019

Lectures : Si 3,17-18.20.28-29    Ps 67   He 12, 18-19.22-24a   Lc 14,1a.7-14

Quand nous allons participer à de grandes célébrations, rassemblements, spectacles dans des amphithéâtres ou des églises, on voit toujours dans les premiers rangs des pancartes indiquant « Place Réservée (pour les VIPs) ». Dès que nous les voyons nous n’osons pas nous y asseoir. Par contre, si rien n’est affiché, de manière générale, nous nous précipitons pour choisir les meilleures places possibles tout près de la scène, n’est-ce pas ? Nous trouvons cela normal parce nous sommes arrivés les premiers. A l’encontre d’une telle tendance, dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus dit que, « Quand quelqu’un t’invite à des noces, ne va pas t’installer à la première place, de peur qu’il ait invité un autre plus considéré que toi. Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendra te dire : ‘Cède-lui ta place’ ; et, à ce moment, tu iras, plein de honte, prendre la dernière place. Au contraire, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place. Alors, quand viendra celui qui t’a invité, il te dira : ‘Mon ami, avance plus haut’, et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui seront à la table avec toi. » (Lc 14, 8-10).

« Prendre la dernière place, céder la place à quelqu’un » est-ce que ce n’est qu’un simple conseil de politesse proposé par Jésus ? Ou est-ce que Jésus nous demande de nous croire inférieurs aux autres ? Qu’est-ce que Jésus veut nous dire par la phrase : « quiconque s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé » (Lc 14, 11) ? De même, que signifie dans la première lecture, « Mon fils, accomplis toute chose dans l’humilité, et tu seras aimé plus qu’un bienfaiteur. Plus tu es grand, plus il faut t’abaisser : tu trouveras grâce devant le Seigneur » (Si 3, 17-18) ?

                           Chers frères et sœurs, le message central des lectures d’aujourd’hui est un appel à une véritable humilité. Bien souvent l’humilité est comprise dans le sens de la modestie. Elle est vue comme une expression de politesse. Parfois, de manière négative, elle est considérée comme le manque de considération de soi. De fait, l’humilité n’est pas une simple modestie. Parce que la modestie est quelque chose d’extérieur, de surface. On peut se montrer modeste à l’extérieur mais rester orgueilleux à l’intérieur. Par contre, l’humilité est quelque chose d’intérieur et de profond. L’humilité n’est pas se croire inférieur aux autres. Mais cesser de se croire supérieur. En d’autres termes, comme le disent certains psychologues, « L’humilité n’est pas de se penser “moins”, mais de penser moins à soi. »

Parfois les gens deviennent humbles parce qu’ils ont traversé une épreuve, une maladie ou un échec. Ils se rendent compte de leurs limites, de leurs faiblesses et fragilités. Tout cela peut les amener à être humbles, à rejoindre l’humilité à laquelle Jésus nous appelle.  C’est une humilité où je laisse la première place au Seigneur dans ma vie. Donc, les vrais gens humbles, d’abord et avant tout, mettent leur confiance en Dieu. Ils mettent de côté leur orgueil, leur égocentrisme, leur narcissisme et dégoût d’eux-mêmes. Tout ce qu’ils ont, ils le doivent à Dieu. Tout ce qu’ils ont, ils le voient venant de Dieu. Comme le dit la première lecture, « les humbles rendent gloire à Dieu ». Ils choisissent d’obéir à Dieu plutôt qu’à eux-mêmes.

Ensuite, les gens humbles même s’ils acceptent les appréciations des gens, ils ne se laissent pas emporter facilement par les applaudissements et les éloges des gens. Ils ne se laissent non plus décourager par les accusations et des critiques injustes contre eux. Ils ont une force spirituelle qui les rend inébranlables dans toutes les situations. Ils ne sont pas fâchés ni stressés facilement. Ce sont des gens intègres et équilibrés. Ils ne donnent pas d’importance à l’‘avoir’, avoir des richesses, des talents, des choses matérielles etc mais plutôt à l‘être’. Ils sont contents, se sentent bien dans leur peau et restent dans un sentiment de sécurité.

Celui qu’on peut imiter comme l’exemple d’une telle humilité c’est le Christ lui-même. Comme le dit Saint Paul dans sa lettre aux Philippiens, « ayant la condition de Dieu, Il ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom », (Ph 2, 6-9).

Enfin, avoir de l’humilité est aussi avoir de l’humanité, être humain. Dans la deuxième partie de l’évangile Jésus dit, « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins …. Au contraire, …… invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; heureux seras-tu, parce qu’ils n’ont rien à te donner en retour ». Les gens humbles ont une place spéciale pour les pauvres et ils donnent sans rien attendre en retour. Ils sont généreux.

Chers frères et sœurs, demandons au Seigneur les grâces d’humilité, d’humanité et de générosité. Amen.

 Ashok BODHANA SJ