27ème dimanche du temps ordinaire

Homélie 27ème dimanche du temps ordinaire – année B – 7 octobre 2018

Lectures :  Gn 2,18-24     Ps 127     He 2,9-11     Mc 10,2-16

                       Il est plus facile de parler divorce que mariage puisqu’un couple sur 2 divorce… Il est plus facile de rabrouer les enfants que de les écouter… Jésus nous prend vraiment à contrepied…

                       Dieu nous crée pour vivre une alliance de réciprocité, » ils ne sont plus deux, mais une seule chair  » Jésus rétablit cette alliance et donne la possibilité concrète de vivre unis en une seule chair. Parce qu’il est le Fils bien aimé, il reçoit de son Père la force de transformer toute dureté du cœur en amour véritable. Il nous donne son Esprit pour que nous puissions aimer jusqu’à donner notre vie pour ceux qu’on aime. Nous prenons un temps de silence pour méditer sur ce « commencement de la création », cette vision de Dieu sur l’alliance qu’il conclut avec nous… » Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ». (orgue afin de prendre un temps de méditation)

                       A l’école des enfants. L’enfant sait que le monde lui préexiste : il n’en revendique pas l’origine, mais sans cesse il reçoit des autres… «  Le Royaume de Dieu ne peut être donné qu’à ceux qui leur ressemblent« , à ceux qui sont capables de recevoir comme un don la vie de chaque jour et à s’en émerveiller. . Les deux gestes de Jésus sont alors essentiels : une étreinte affectueuse comme une réconciliation après une dispute. Une imposition des mains comme une bénédiction : c’est bien un signe du Royaume : Dieu nous bénit quand nous nous accueillons les uns les autres à la manière d’un enfant. (orgue afin de prendre un temps de méditation)

Claude Charvet sj