2ème dimanche du temps ordinaire

Homélie: 2ème dimanche du temps ordinaire – année C – 20 janvier 2019

Lectures :  Is 62,1-5      Ps 95      1 Co 12,4-11       Jn 2,1-11

                     Compte tenu de l’actualité, c’est dans un contexte politico-social tendu que nous accueillons le récit des noces de Cana.
Mardi soir, aux mardis d’éthique publique où plus de 160 personnes étaient dans cette église de NDA, les trois invités ont insisté sur les transformations de notre monde. J’en relève trois : avec le côté « auberge espagnole », les gilets jaunes demandent une écoute respectueuse et veulent un accès à la parole et au débat…Il y a bien un bouleversement politique durable et une rupture dans la démocratie représentative et quelque chose de nouveau à inventer. 2° L’accès à la consommation de toutes les personnes dans la société devient une addiction, un esclavage, une aliénation dont nous avons à nous libérer car le monde marchand prend toute la place. Il nous rend prédateurs et accroit les inégalités. …L’Église, la vie professionnelle et associative, les grands corps de l’état doivent proposer une autre façon de construire la maison commune où l’homme dans un environnement durable est au centre de tout. 3° Le film « les invisibles » sur les femmes dans la rue s’organisent en partant de ce qu’elles savent faire et retrouvent la beauté de leur identité; le film « Jean Vannier et le sacrement de la tendresse » qui met au centre de la vie les personnes portant un handicap mental, physique ou psychique : ces deux films sont pleins d’espérance pour construire un monde nouveau.

Et Cana dans tout çà ? Trois pistes :

                     1. Une alliance nouvelle comme des noces festives entre les hommes et Dieu : C’est l’évangéliste Jean qui fait commencer la vie ordinaire de Jésus par un mariage bizarre où il est invité, lui, sa mère, ses disciples…La vie ordinaire est à vivre comme une fête, comme un commencement où l’amour peut faire toute chose nouvelle : l’alliance passe désormais par une alliance entre les hommes eux-mêmes engageant celle de Dieu. Les 6 jarres de pierre pour la purification rituelle sont remplies d’eau naturelle de pluie par les serviteurs : la puissance de la parole de Jésus les change en vin. Il y a une vraie conjonction entre le travail des hommes et la Parole de Jésus qui vient de Dieu, une nouvelle alliance où Dieu transforme notre travail qui trouve son achèvement, sa vraie finalité en Dieu par Jésus. Nous ne sommes plus des consommateurs ou des prédateurs mais des coopérateurs de l’alliance de Dieu avec l’humanité…
                     2. L’heure : qu’elle est cette heure dont parle Jésus ? C’est celle de la mort et de la résurrection de Jésus : c’est maintenant : le vin nouveau est celui de l’eucharistie, c’est le temps du partage où règne la justice de Dieu
                     3. Tout est déjà là : la surabondance de vin et de pain partagé: quand on va à Lourdes où le malade est au centre de la vie du Sanctuaire, si en plus Jean Vannier vient faire la fête à Lourdes avec Foi et Lumière : c’est le paradis… Mais aussi dans les lieux d’école où l’élève est au centre en prenant en compte déjà tout ce qu’il sait, l’entreprise où chacun peut donner le meilleur de ses talents, l’administration où le service du bien commun est le pilier de référence… Les disciples de Jésus ont vécu la réalisation de Cana comme un signe du Royaume déjà accomplit et ils croient… Nous sommes invités à voir et à croire ce qui déjà se réalise et qui s’accomplit sous nos yeux…

      Claude Charvet s.j