Homélie de la solennité de la sainte Trinité – Année C – St Victor – Dimanche 22 mai 2016

Homélie de la solennité de la sainte Trinité – Année C – St Victor – Dimanche 22 mai 20

Evangile : Jn 16, 12-15

Aujourd’hui l’Eglise fête la solennité de la sainte Trinité. La Trinité nous en parlons beaucoup mais qu’est ce que cela peut vouloir bien dire dans notre vie ?

Partons de ce que nous savons

Lorsque que parlons de la sainte Trinité nous ne partons pas de zéro, nous partons de ce que nous savons ou croyons savoir. Tout d’abord le mot Trinité sonne à nos oreilles. Dans le mot Trinité il y a « trois ». Au caté nous apprenons aux enfants à faire le signe de croix : Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Donc, quand nous parlons de la sainte Trinité nous parlons du Père, du Fils et du Saint Esprit. N’est-ce pas ce que nous disons dans le credo : Je crois en Dieu le Père, en Jésus son Fils unique et dans l’Esprit Saint. Tout semble très clair mais est-ce si clair que cela ?

Si le credo a été rédigé aux conciles de Nicée et Nicée Constantinople, c’est parce que les théories les plus diverses circulaient. Il fallait mettre de l’ordre et définir la foi de l’Eglise. Certains pensaient qu’il y avait deux dieux : le père et Jésus, d’autres trois dieux : le Père, le Fils et l’Esprit Saint. D’autres encore que Jésus était devenu dieu mais qu’il ne l’avait pas toujours été, d’autres encore qu’il n’était pas dieu du tout. Toutes ces grandes hérésies ont secoué les premiers siècles de l’Eglise et même peut-être, si nous n’y prenons garde elles nous traversent encore l’esprit aujourd’hui.

Quelle n’a pas été ma surprise de découvrir que la première femme de Mahomet, le fondateur de l’Islam, était chrétienne et qu’il se serait vraisemblablement marié à l’Eglise. Imaginez Mahomet marié à l’église ! L’oncle de sa femme était responsable d’une église chrétienne à la Mecque et il aurait eu une grande influence sur lui. Mais cette église faisait partie de la secte des ébionites. La secte des ébionites était une église judéo-chrétienne du 2ème siècle qui ne croyait point que Marie soit vierge et qui pensait que Jésus était devenu fils de Dieu au moment de son baptême.

Si nous regardons notre vie, est-ce que nous sommes bien au clair quand nous disons que Dieu est Père, Fils et Saint Esprit ? La croyance en la Trinité fait partie d’un mystère de la foi. Le mystère n’est pas un point de la foi que l’on ne peut comprendre mais est une réalité de la foi qui n’a jamais fini de se dévoiler. L’homme n’est pas capable d’imaginer un Dieu unique qui existe en trois personnes. C’est Dieu qui nous a révélé ce mystère de son amour par l’envoi de son Fils et du Saint-Esprit. Jésus nous a révélé que Dieu est « Père », en nous montrant d’une façon unique et originale, que Lui-même n’existe que par son Père.

I – La Trinité

La Trinité est Une. Nous ne croyons pas en trois dieux, mais en un seul Dieu en trois personnes : le Père, le Fils et l’Esprit Saint. Chacune des trois personnes est Dieu tout entier. Chacune des trois personnes n’existe qu’en union avec les deux autres dans une parfaite relation d’amour. Ainsi toute l’œuvre de Dieu est l’œuvre commune des trois personnes et toute notre vie de chrétiens est une communion avec chacune des trois personnes. St Ignace de Loyola un jour a eu la vision représentant la Trinité. Dans sa vision il voyait trois notes de musique et de ces trois notes une musique s’en dégageait : le Père, le Fils et le Saint Esprit.

Jésus est un seul Dieu avec le Père. Jésus a promis à ses apôtres le don de l’Esprit Saint. Le don du Saint Esprit nous rappelle tous les enseignements de Jésus. Il est là pour nous conduire « vers la vérité tout entière » (Jean 16, 13). Sans le Saint Esprit il n’est pas possible de vivre notre vie chrétienne. Le Saint Esprit nous illumine de l’intérieur et nous murmure la parole de Jésus. La vie chrétienne est la vie dans l’Esprit Saint. Venant de vivre la semaine dernière la fête de la Pentecôte, que le Saint Esprit nous soit donné !

II – Partons de ce que nous vivons

Au lieu de repartir de ce que nous savons, je vous propose de repartir de ce que nous vivons. Nous disons que nous croyons en Dieu Père, Fils et Saint Esprit mais nous avons souvent du mal à bien comprendre ce que nous disons. Peut-être même sommes nous tous un peu hérétiques mais laissons-nous transformer de l’intérieur. Avec Jésus cela semble aller car nous pouvons nous le représenter. Nous représenter le Père est plus difficile. Le Saint Esprit est souvent le grand absent de la Sainte Trinité car on ne peut ni le voir ni le toucher. Le tout c’est comme dans une famille de rentrer en contact avec l’un de la Trinité. Il nous ouvrira les autres portes.

Souvent Marie est également une porte d’entrée.

Partons de là où nous nous en sommes. Avec qui suis-je vraiment à l’aise : avec Jésus, avec Marie, avec le Père, avec le Saint Esprit, peut-être avec Marie ? A partir de là je peux avancer. Hier, à la Solitude j’ai confessé les enfants. Avant de les confesser je leur ai posé la question : Est-ce que tu aime beaucoup Jésus ? La réponse était oui.

Jésus nous ouvre les portes. Marie pour sa part nous tourne vers son fils. Plus on se tourne vers Marie plus elle nous tourne vers Jésus et vers le Saint Esprit. L’Esprit Saint est le vrai cadeau de la vie chrétienne. L’Esprit Saint, il nous faut le demander et le redemander. L’Esprit Saint lorsqu’il vient en nous renouvelle notre cœur et nous ouvre des horizons nouveaux. La foi n’est plus cérébrale mais est vécue au plus profond de notre cœur. Elle devient respiration.

Jésus grâce à l’Esprit Saint nous révèle le Père. Découvrir le Père est un vrai cadeau. Je sais que je peux m’appuyer sur Lui. Cela donne une solidité intérieure et permet de se lancer dans la vie. Nous n’avons rien à craindre.

Nous sommes baptisés au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Que ce cadeau qui n’a jamais fini de se déployer en nous prenne de plus en plus de place en nous et fasse de chacun de nous des disciples missionnaires là où nous sommes.

Christian VIVIEN s.j.