5ème dimanche de Pâques

Homélie du 5ème dimanche de Pâques – année A – 14 mai 2017

 Lectures : Ac.6,1-7   Ps.32   1P.2,4-9   Jn.14,1-12

                    Le texte d’évangile que nous venons de lire est souvent choisi par les familles à l’occasion de la sépulture d’un de leur proche car il apporte une parole de réconfort dans un moment d’épreuve. Cet évangile est extrait du dernier discours de Jésus à ses apôtres, avant d’entrer plus avant dans sa Passion. A nous qui l’écoutons aujourd’hui, ce texte vient nous rejoindre et nous aide à aller de l’avant.

  • Jésus veut réconforter ses disciples

                    Il vient leur partager ses dernières paroles. Il veut aider ses disciples à traverser la crise qu’ils vont connaître car à mesure que la mission de Jésus s’était développée l’opposition s’était faite de plus en plus dure. Déjà les disciples savaient que l’on voulait arrêter Jésus et le tuer. Alors que Jésus, entouré de ses disciples, était encore loin de Jérusalem, au moment où on vient lui annoncer la maladie de son ami Lazare, Thomas s’était écrié devant la détermination de Jésus de monter en Judée : « Allons-y, nous aussi, pour mourir avec lui !» (Jn.11,16). Après la résurrection de Lazare, la décision de supprimer Jésus était prise. Il ne manquait plus, aux juifs, que d’attendre le bon moment pour pouvoir mettre leur plan à exécution.

                    C’est dans ce contexte que Jésus était réuni avec ses disciples. Il savait sa mort prochaine. Il voulait les inviter à la confiance : « Que votre cœur ne soit pas bouleversé ». Cette confiance à laquelle Jésus a appelé ses disciples était une invitation à ne pas s’appuyer  sur leur propre force mais à s’appuyer sur Dieu même. C’est vers Jésus que les disciples étaient invités à tourner leur regard. C’est en Dieu qu’ils devaient mettre leur force.

                   Après la résurrection, les disciples repensent à toutes ces paroles de Jésus. Ils font mémoire de tout ce qu’ils ont vécu, des épreuves traversées, de la mort qui a été vaincue. De cette épreuve, ils en ressortent fortifiés, grandis, affermis. Maintenant ils savent par expérience que le Seigneur est vraiment ce rocher sur lequel s’appuyer. Ils savent qu’ils doivent mettre leur confiance en Lui, qu’ils n’ont rien à craindre.

  • Dieu ne nous oublie pas

                    Comme chrétiens, nous qui lisons ce texte dans la grâce de Pâques, même si notre monde traverse un temps d’épreuve nous savons que nous n’avons rien à craindre. Nous savons que nous sommes invités à nous placer avec Jésus, sous le regard du Père. Ce regard que nous posons vers Jésus est source de paix, de guérison, de réconfort. Ce regard nous ouvre des horizons. En parcourant, de mémoire, l’histoire de l’église nous voyons à quel point Dieu ne nous oublie pas. Ici dans cette église, d’origine franciscaine nous avons une pensée pour St François et nous nous rappelons que le Seigneur est venu s’adresser à lui alors qu’il contemplait le Christ de St Damien : « François mon église est en ruine ». Cela a été le début d’un grand renouveau pour l’Église. A sa suite nous pouvons penser à tous les saints et saintes de Dieu qui ont jalonnés notre histoire.

                   Nous ne devons pas non plus oublier la présence insistante de Marie dans ses nombreuses apparitions qui ont eu lieu sur notre terre. Parmi les 15 apparitions reconnues officiellement par l’Église dans le monde il faut savoir que 5 ont eu lieu en France. Oui, Dieu ne nous oublie pas. Parmi elles il y a non seulement Lourdes mais aussi des lieux moins connus comme ND de la Salette, ND du Laus, Garaison et Pontmain.

  • Marie, à Fatima, vient nous rejoindre

                 Nous sommes au lendemain de la visite du pape François à Fatima. Il y est venu pour célébrer le 100ème anniversaire des apparitions de Marie du 13 mai 1917 et canoniser Francisco et Jacinta, deux voyants de Fatima morts peu de temps après les apparitions : en 1919 et 1920. Pour sa part Lucie, la troisième voyante de Fatima devenue religieuse, ne décédera qu’en 2005. Le message laissé par les voyants est un message de prière et une invitation à la pénitence afin de demander la paix pour notre monde, toujours enclin à l’injustice et à la violence.  Les occasions de prière pour notre monde ne manquent pas. En cette période-ci où tant de confits se vivent sur notre terre, ce pèlerinage du pape François nous rend  plus réceptifs à ce qui se vivait à cette époque : la première guerre mondiale, mais aussi la révolution en Russie.

                  A l’occasion du pèlerinage du pape François à Fatima notre regard se tourne vers Marie. Sans cesse, elle nous invite à nous tourner vers Jésus. Marie est celle qui a toujours dit oui à Dieu car elle est en communion profonde avec lui, car elle vit à l’ombre du Très Haut. Elle est celle dont la prière est puissante comme à Cana, car Marie connaît le cœur de son fils. Elle est celle qui a écrasé la tête du dragon. En ces temps difficiles que nous vivons, nous ne devons pas oublier qu’elle est forte dans le combat contre le Satan qui ne vient que pour détruire et semer la division, la terreur et la mort. Elle est celle qui est la toute pure car elle est la vierge immaculée.

                 C’est donc vers Marie, notre mère toute pure, que nous pouvons tourner notre regard. Au lieu de nous désespérer comme si tout était fichu, Marie nous invite à la prière et à la confiance. Elle nous rappelle que le monde est dans la main de Dieu et que dans sa main nous n’avons rien à craindre.

Christian Vivien sj