7ème dimanche de Pâques

Homélie: Dimanche 7ème dimanche de Pâques- année C – 2 juin 2019

Lectures :  Ac 17,55-60    Ps96   Ap 22,12-14.16-20     Jn 17,20-26

                    Entre l’Ascension et la Pentecôte, pour dynamiser notre prière à l’Esprit Saint, la liturgie nous propose trois formes de prières différentes, comme un bonus après le Notre Père et le Je vous salue Marie.

1. A la manière d’Etienne dans la contemplation du Christ :

                    En témoignant du Christ jusqu’à la mort, le diacre Etienne accomplit ce que Jésus avait dit devant le Sanhédrin et qui est le motif de sa condamnation religieuse : »Désormais le Fils de l’Homme siègera à la droite du Dieu tout puissant ». Etienne voit les cieux ouverts par l’Ascension de Jésus et Jésus est placé par son Père à sa droite : c’est le triomphe de l’amour que les peintres baroques ont su si bien montrer dans toute sa gloire…Nous pouvons le contempler longuement ce crucifié triomphant…Nous pouvons l’entendre aussi avec deux des 7 paroles du Christ en croix : « Père en tes mains je remets mon esprit » et « Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ». Etienne a bien reçu la force de l’Esprit Saint pour pouvoir mourir ainsi en parfaite conformité avec le Christ Jésus…Contempler longuement la Passion du Christ, c’est recevoir la force intérieure qui l’a habité jusqu’au bout… et qu’il peut remettre entre les mains du Père.

2. La prière sacerdotale.

                    C’est tout le chapitre 17 de Saint Jean où Jésus parle à son Père comme un Fils Bien-Aimé sait le faire…et il nous inclut dans sa propre relation filiale à son Père : « je prie pour ceux qui croiront en moi grâce à la parole des apôtres… »Nous en sommes donc…et il témoigne pour nous : »tu les as aimés comme tu m’as aimé »… Voilà qui est bouleversant d’être ainsi aimé personnellement par le Père dans le Fils : « Moi en eux et toi en moi », de ne faire qu’UN avec Père et le Fils. Dans les pays où les chrétiens étaient persécutés, les parents faisaient apprendre par coeur la prière sacerdotale à leurs enfants, comme un testament qui permet d’ancrer cette réciprocité filiale que nous vivons avec le Père et le Fils, qui donne les mots pour vivre jusqu’au bout de cette intimité… Pour avoir l’audace de Jésus pour demander « Je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire » comme Etienne la contemple avant de mourir… Ce ‘je veux’ de Jésus, le Père ne peut le refuser et c’est bien notre foi confiante d’avoir un tel avocat auprès du Père. Voilà ce que Jésus veut pour nous… Nous pouvons lui dire MERCI…

3. La prière finale de l’Apocalypse.

                    Jésus ressuscité, alpha et oméga, premier et dernier, commencement et fin, a bien triomphé de toute mort, il ouvre à toute l’humanité les portes de la ville , la nouvelle Jérusalem et il nous donne accès à l’arbre de vie tant convoité par Adam… Parce que je crois que Jésus m’a lavé de tout péché, parce que j’aspire à cette rencontre définitive avec Jésus, comme l’ époux avec son épouse, ma prière est toute simplifiée : Viens ! J’ai soif comme la samaritaine de cette eau vive qui sort de ton côté, je désire boire ton eau vive éternellement… Viens Seigneur Jésus !

Claude Charvet sj