Fête de Pentecôte

Homélie pour la fête de Pentecôte  – Année A – 4 juin 2017

7 premières communions

Lectures : Ac 2, 1-11     Ps 26     1Co 12,3b-7.12-13    Jn 20, 19-23

Trois choses importantes à retenir et prier sur ces beaux textes :

  1. L’Évangile de Jean présente le don de l’Esprit, comme une seconde création, en même temps que la Résurrection : ce souffle de vie que l’on respire permet de traverser tout ce qui s’oppose à l’amour et va jusqu’à pardonner les péchés. Jésus nous donne son Esprit pour que nous aimions chacun jusqu’à lui pardonner. Et si nous n’y arrivons pas, parce que les personnes  sont trop blessées, déchirées, emmurées, alors nous pouvons prier, comme Jésus sur la croix devant ses bourreaux et ceux qui l’injurient : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » ,  ou bien dans le notre Père : « Délivre-nous du mal ». La Pentecôte, c’est le don parfait de Jésus qui nous recrée personnellement, qui donne du souffle pour aller jusqu’au pardon.
  1. Le livre des Actes des Apôtres propose une toute autre façon de vivre la Pentecôte : la mise en scène est grandiose comme dans les grandes manifestations de Dieu à Moïse ou Elie : le bruit, le vent violent, les langues de feu qui se posent sur tous les participants qui sont à Jérusalem venant de tous les pays connus à cette époque : c’est un évènement à portée mondiale qui bouleverse le ciel et la terre ! Plus que cela, chacun comprend l’évènement dans sa  langue maternelle, chacun est traversé par ce feu qui le prend au cœur et le bouleverse comme an baptême : « Tu es mon fils bien aimé, tu es ma fille bien-aimée ; en toi je trouve ma joie ». Chaque personne fait l’expérience d’être aimée, de jubiler, de s’émerveiller de Dieu, de soi et des autres. Je souhaite à chacun de vous que vous puissiez vivre de tels évènements : Lourdes, Rome, les JMJ, Compostelle… sont des moments intenses où le coeur peut devenir tout brûlant en vivant des grands rassemblements qui émerveillent les participants et ouvrent sur le monde entier.
  1. Nous sommes différents, mais nous sommes animés par un désir de vivre de Jésus, de communier à Jésus. Vos pains sont différents, ils portent chacun votre nom et c’est heureux… Comme Jésus nous allons faire 4 gestes importants :

Il prit le pain : il ne le fabrique pas lui-même, il le reçoit d’un autre (d’un jeune enfant dans la multiplication des pains, d’un boulanger, de la famille qui a fabriqué le pain pour tous).

Il rendit grâce : il dit MERCI à son Père : tu es béni Seigneur, car tu nous donnes le pain, le vin, fruit du travail, de la solidarité, de la communication mutuelle avec les autres… Tout ce qui est à toi est à moi… MERCI, Dieu, Merci !

Il le rompit : le pain doit être rompu pour être mangé, et vous le ferez tout à l’heure, au moment du repas et chacun pourra en manger, être nourri, assouvir sa faim… J’ai une vraie joie à rompre le pain : les disciples d’Emmaüs le reconnaissent à la fraction du pain… et chacun est nourri.

Il le donna : nous sommes vraiment créés pour donner, donner le pain, donner son cœur, donner le meilleur de nous-mêmes, donner de la surabondance que Dieu sait produire : 5 pains nourrissent 5 000 hommes, nos surplus alimentaires qui nourrissent au Pain de l’Amitié, les restos du cœur. Jésus nous apprend à donner avec générosité…

Ces 4 gestes de Jésus, vous allez en bénéficier pour la première fois aujourd’hui : qu’ils soient votre joie, votre paix, votre manière de vivre de l’Esprit de Jésus…

Claude Charvet sj