5ème dimanche du temps ordinaire – 5 février 2017

Homélie 5ème dimanche ordinaire – année A – 5 février 2017

Lectures : Is 58,7-10     Ps 111     1Co 2,1-5    Mt 5,13-16

                    Au caté, mardi dernier nous avons regardé le texte d’Évangile que nous venons d’entendre. Jésus a dit à ses disciples : « Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde ». Les enfants, je sais qu’en écoutant ce texte vous vous êtes posé la question : « comment pouvons-nous être sel de la terre, lumière du monde » ?  Cette question est une vraie question. Elle l’est pour vous. Elle l’est aussi  pour les grandes personnes. Jésus nous invite tous à être sel de la terre et lumière du monde.

Au caté

                    Mardi, vous avez commencé par regarder le sel. Vous l’avez même goûté. En poudre fine, le sel et le sucre se ressemblent. Mais posé sur la langue vous avez expérimenté  qu’ils n’avaient pas le même goût. Le sel, quand il est pur, est trop fort. Il fait faire la grimace. Le sel a de bonnes qualités. Il sert aussi à conserver les aliments. Si on met du sel dans les aliments c’est meilleur et c’est bon pour la santé. Si la nourriture n’est pas assez salée c’est fade. Si elle est trop salée elle a goût de sel. C’est mauvais. Pour que le repas soit bon, il faut qu’il y ait juste ce qu’il faut, ni trop ni trop peu.

                    En nous présentant ce texte, Jésus nous invite à une juste mesure. Il est très important de nous retrouver régulièrement ensemble pour mieux connaître Jésus, pour prier, parce que cela nous donne de la force. Il n’est pas possible d’être chrétien tout seul. D’ailleurs Jésus nous a dit : « quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux ». Jésus est heureux de nous voir rassemblés dans cette église. Il est au milieu de nous. C’est lui qui nous l’a dit. Mais Jésus sait aussi que nous ne sommes pas toujours ensemble et que nous sommes dispersés au milieu de personnes qui ne connaissent pas Jésus. C’est là où nous sommes que nous sommes invités à être sel de la terre et lumière du monde.

Jésus nous invite à être ses amis

                    Jésus nous invite à être sel de la terre, lumière du monde, à la maison, à l’école, sur le terrain de sport, partout où nous sommes. C’est là où vous êtes que Jésus vous accompagne. Oui, Jésus aime aussi vos amis, vos camarades. Il aime même celui qui est triste et que personne ne veut voir. De même qu’un peu de sel change le goût de la nourriture, Jésus sait que là où vous êtes, si vous êtes proches de Jésus, grâce à vous il sera plus prêt de vos copains. Il sera par vous dans votre classe ou sur le terrain de foot. Si vous êtes proches de Jésus, il sera avec vous quand vous faîtes du vélo ou jouez du piano. Par vous il sera plus près de vos copains. Un jour j’ai compris que celui qui aime Jésus est comme une petite lumière là où il est. Il n’a pas à se forcer, cela se fait tout seul. C’est Dieu qui le fait à travers vous. C’est étonnant !

                    Jésus aime tous les hommes baptisés ou pas baptisés mais quand il rencontre quelqu’un qui veut l’aimer et changer de vie il craque. Quand il rencontre quelqu’un qui lui dit : « Jésus je t’aime, je veux marcher avec toi » on ne le tient plus. Personnellement je  dis un grand merci à Dieu parce que le caté c’est super. On y apprend la vie de Dieu, on y découvre des copains et il y a de la joie dans les cœurs.

Les deux premières étapes du baptême

                    Aujourd’hui, il y a 8 enfants qui se préparent au baptême et qui vont faire leurs deux premières étapes de baptême. Cet engament va se faire dans l’église au milieu de nous. Leur engagement nous stimule et nous allons beaucoup prier pour eux. Que Dieu les soutienne dans leur démarche.

                    Pour bien comprendre ce qui va se faire il faut comprendre que si on baptise les bébés, en une seule fois, c’est parce qu’ils sont trop petits. Le baptême des enfants en âge scolaire, lui, se fait en 4 étapes.

                    La première étape est l’accueil. Cette étape se fait au moment où l’enfant est décidé à cheminer vers le baptême. Il est donc nécessaire d’avoir son accord, celui de ses parents, des catéchistes, des camarades et de toute notre communauté.

                    A la deuxième étape le futur baptisé devient catéchumène, c’est-à-dire qu’il marche de manière résolue vers le baptême. Il est marqué du signe de la croix, reçoit la parole de Dieu et peut poser un geste d’engagement.

                    La troisième étape vient au moment où on réalise que l’on a besoin de la force de Dieu pour pouvoir marcher à la suite de Jésus.

                    La quatrième étape est le baptême lui-même. Trois signes accompagnent cette démarche : l’onction du Saint Chrème, la remise du vêtement blanc et la remise de la lumière. Cette lumière allumée au cierge pascal nous signifie que cette lumière nous vient de Jésus mort et ressuscité  et que cette lumière qui nous illumine brille par nous autour de nous.

                    Aujourd’hui huit enfants vont faire leurs deux premières étapes du baptême. Ils accueillent cette invitation à être sel de la terre et lumière du monde

Christian Vivien sj