Homélie du 31ème dimanche du temps ordinaire – année C – 30 octobre 2016

Homélie du 31ème dimanche du temps ordinaire – année C – 30 octobre 2016

                    Aujourd’hui la liturgie nous présente Zachée, un personnage étonnant à qui Dieu a fait miséricorde. La miséricorde de Dieu, accordée à Zachée, est pour nous un enseignement et un encouragement à compter sur la toute puissance d’amour de notre Dieu. Son exemple nous aide pour aller de l’avant afin d’être, auprès de nos frères, témoin que Dieu nous aime.

  1. Regardons le contexte de ce passage

                   Ce récit nous est relaté dans l’Evangile de Luc. Il y a déjà trois ans que Jésus chemine sur les routes de Palestine avec ses disciples. Chaque année, selon la coutume, il montait en pèlerinage à Jérusalem. Mais, cette fois-ci, il prend de manière résolue le chemin qui conduit à Jérusalem. Là, il y connaîtra la Passion. Durant ce voyage il va passer aux confins de la Samarie, qui lui est hostile, puis longera le Jourdain jusqu’à Jéricho et remontera enfin sur Jérusalem.

                    Chemin faisant, Jésus continue à faire des guérisons et il enseigne les foules qui viennent à lui. Durant cet ultime voyage il poursuit également la formation de ses disciples. Toutes ces dernières paroles ou derniers gestes ont une valeur symbolique. A l’entrée du village de Jéricho, il avait guéri l’aveugle Bartimée. Lorsque celui-ci avait entendu que c’était Jésus qui passait, il s’était mis à crier : « Jésus fils de David aie pitié de moi ». Une fois guéri, il suivait Jésus sur la route en glorifiant Dieu de tout son cœur. Bartimée nous donne la preuve qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une longue formation pour suivre Jésus et pour témoigner qu’il est vivant. Il suffit de l’avoir rencontré dans sa vie.

  1. Dans Jéricho

                    Jésus, suivi de toute une cohorte, va avancer à l’intérieur du village. Son passage n’a pas été inaperçu. Il y avait foule à Jéricho pour voir passer Jésus accompagné de tous ses disciples. Dans cette foule qui regardait, un homme, Zachée, lui aussi voulait le voir. Malgré tous ses efforts, il n’y arrivait pas car non seulement il était de petite taille mais surtout parce qu’on ne l’aimait pas dans Jéricho. Personne ne se risquait à lui laisser de la place : il était le collecteur d’impôt. Non seulement, lui qui était juif, prélevait les impôts de ses compatriotes pour les donner aux romains mais aussi il prenait une bonne marge de bénéfice pour lui. Pour les gens de Jéricho il était un traître, un collaborateur et un voleur. Il était un homme à qui on ne parle pas et que l’on ne peut fréquenter.

                    Pour voir Jésus qui passait par là, Zachée eut une idée. Il courut et monta sur un sycomore. Il espérait voir sans être vu. En effet, avec tout ce qu’il a fait et les méthodes qu’il a employées pour collecter les impôts, Zachée sait qu’il est un pécheur public. Il n’espère point que la miséricorde de Dieu lui soit faite. Même s’il est couvert de richesse et de luxe Zachée vit un drame. Il se pense damné.

                    Tout semble mort en lui. Cependant il lui reste encore un petit filet de vie. Il n’est pas complètement mort. Malgré son état, il a un désir : il veut voir Jésus. Il n’ose même pas mettre des mots sur son désir comme l’avait fait Bartimée. Pour Zachée, rien de tel. Il veut simplement voir Jésus. Il court et grimpe sur un arbre. Surprise, n’espérant plus être accueilli par Dieu voici que c’est Jésus qui vient s’inviter chez lui : « Zachée descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison ».Cette même parole nous est adressée, à nous, qui écoutons ce passage d’évangile. Jésus veut s’inviter chez nous.

  1. Zachée

                    Zachée est un homme nouveau, Jésus lui a fait miséricorde. Son revirement est étonnant. Il est transformé. Voici que maintenant, il se tient debout devant Jésus. Lui qui était un homme riche, sans doute tenté de se reposer sur ce qu’il possédait sans être trop attentif aux situations de misère qui pouvaient l’entourer, prend la résolution de donner la moitié de ses biens aux pauvres et de réparer avec surabondance les injustices qu’il a pu commettre. Voilà que son existence de tous les jours va prendre une autre tournure. Zachée va être désormais tourné vers Jésus et vers les autres. Jésus nous dit qu’il est sauvé.

                    Cela me fait penser au pape François dans une interview qu’il a faite au début de son pontificat alors qu’on lui demandait de se présenter : « Qui êtes-vous pape François ? – Je suis un pécheur. Si Dieu n’était pas venu me chercher, dit-il, je serais damné. Heureusement, Dieu a eu pitié de moi ». Le pape François affirme que Dieu a eu pitié de lui, qu’il lui a fait miséricorde et qu’il lui a confié une mission, celle d’être pape.

                    Pour avoir mis sa confiance en Jésus, Zachée tout comme Bartimée est sauvé. Son exemple est un encouragement pour chacun de nous. A nous aussi, le Seigneur désire nous apporter la guérison, nous visiter en profondeur, établir sa demeure en nous. Il veut faire de nous des serviteurs auprès de nos frères.

Christian VIVIEN sj