Jeudi Saint

Homélie du Jeudi Saint – Année A – 13 avril 2017

avec les enfants qui se préparent à la première communion

Lectures : Is 61      Ps 88(89)      Ap 1, 5-8     Lc 4, 16-21

                      Avant la fête de la Pâque juive Jésus a voulu partager son dernier repas avec ses disciples car il savait qu’il allait mourir. Ce soir est un moment très important. Nous y sommes invités. Il ne voulait pas être seul et il avait beaucoup de choses à dire à ses disciples. Il nous remercie de notre présence. Il a également beaucoup de choses à nous dire ce soir.

I- Reprenons le contexte

                      Avant d’être une fête chrétienne Pâques est la grande fête des juifs. Cette fête rappelle le moment où les juifs ont été délivrés de l’esclavage en Égypte. Pâques célèbre la libération du peuple juif. Cela s’est passé du temps des pharaons, sous la conduite de Moïse. Pâque est le passage de l’esclavage à la liberté. Avant de quitter l’Égypte, chaque famille juive avait tué un agneau pour le manger cuit au feu. Le pain que les hébreux ont mangé n’avait pas eu le temps de lever car tout s’est fait très vite. Après avoir traversé la mer Rouge le peuple a marché 40 ans dans le désert avant d’arriver en terre promise.

                      Du temps de Jésus, Pâque était une grande fête de pèlerinages à Jérusalem. Beaucoup de juifs y venaient. Jésus aussi participait à ce pèlerinage. Il y était déjà venu à l’âge de douze ans. Mais pour Jésus cette Pâque était particulière car il savait qu’il allait être arrêté et tué. Aussi Jésus voulait vraiment se retrouver avec eux. Au cours de ce repas Jésus a fait deux choses très importantes : Il a partagé son dernier repas avec ses disciples et il leur a lavé les pieds

II- Le dernier repas

                      Ce soir Jésus nous invite, nous aussi, à être autour de lui pour partager ce moment très important avant d’entrer dans sa passion. Au cours de ce repas, Jésus a respecté la coutume juive. Il y avait du pain, du vin, des herbes amères en souvenir de l’amertume de l’esclavage, des œufs et d’autres plats mais ce qui est particulier c’est que lorsqu’il a pris du pain il a dit : « prenez et mangez ceci est mon corps ». Ensuite lorsqu’il a pris du vin il a dit : « prenez etmangez ceci est mon sang ». Ces phrases on ne les a jamais dites avant Jésus. Ce soir-là elles avaient une force extraordinaire. Les disciples n’ont pas bien compris ce que Jésus disait. Ils ont compris plus tard. Ils savaient juste que l’on voulait arrêter et tuer Jésus.

                      Ensuite Jésus a ajouté « faites ceci en mémoire de moi ». Aussi chaque fois que l’on célèbre l’eucharistie on rappelle ces paroles de Jésus. Ces paroles, que l’on dit le dimanche, nous rappellent ce que Jésus a vécu le jeudi saint mais aussi la libération vécue autrefois par le peuple hébreu lorsqu’il a quitté l’esclavage d’Égypte. Dans l’eucharistie Jésus vient nous libérer de tout esclavage, en particulier celui du péché. Jésus a donné sa vie par amour pour nous pour que l’on soit vraiment libre.

III- Le lavement des pieds

                      Le second signe que Jésus a fait est celui de laver les pieds de ses disciples. Jésus savait que c’était la dernière fois qu’il voyait ses disciples avant de mourir sur une croix. Il voulait les préparer à leur nouvelle mission. Il les avait choisis pour être ses apôtres. Sur eux il allait fonder son Église.

                      Jésus savait que la tendance de l’homme est de vouloir se faire servir. En leur lavant les pieds il a voulu leur apprendre à être des serviteurs. A nous, qui vivons cette célébration, Jésus veut nous apprendre à nous mettre au service des autres par amour pour lui. Dans l’Évangile, que nous avons lu aujourd’hui, il précise : « c’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous ».

                      En venant ce soir à cette eucharistie, Jésus nous invite à nous mettre à son école : à nous nourrir de son eucharistie et à nous mettre au service de nos frères.

Christian Vivien sj