Le Saint Sacrement

Homélie du  dimanche du Saint Sacrement – année B – 3 juin 2018

 Lectures :   Ex 24,3-8     Ps 115     He 9,11-15     Mc 14,12-16.22-26

Communion de 13 enfants de NDA

                    Les enfants, votre communion tombe particulièrement bien. En effet, aujourd’hui c’est la fête du corps et du sang du Christ. On appelle aussi cette fête, la fête Dieu. C’est aujourd’hui que vous allez recevoir Jésus, dans l’eucharistie pour la première fois. Vous vous y êtes préparés le mieux possible. Les textes de la liturgie vont nous aider à comprendre ce que nous allons vivre ensemble.

  1. La première communion

                     La première communion n’est pas un but à atteindre afin d’« avoir tout fait ». La communion n’est pas un examen final. Elle n’est pas non plus l’autorisation de passer dans la classe supérieure. La communion n’est pas là pour servir à quelque chose mais pour renforcer notre union à Jésus et nous rendre plus humains. La communion, que vous allez recevoir, est une étape sur un chemin de foi.

                    Plusieurs parmi vous ont participé aux rencontres de l’Éveil à la Foi qui existent, une fois par mois sur la paroisse, pour les enfants de 3 à 7 ans. Vous avez ainsi commencé à participer à des réunions et à des eucharisties plus adaptées à votre âge. Depuis le CE2 vous vous retrouvez chaque semaine pour faire le caté ici, à la paroisse, ou chez vous avec le caté maison. À NDA nous nous retrouvons en trois groupes de caté le mardi soir : CE2, CM1 et CM2 et régulièrement nous chantons avec François et Marie Jeanne. Il y a aussi un groupe de caté le samedi matin avec Sophie. Nous avons aussi participé à des eucharisties.

                      Pour vous préparer à la communion vous avez eu des rencontres. Nous nous sommes retrouvés avec les enfants d’un côté et avec les parents de l’autre. Cela a été un temps très fort. Les CM1, l’an prochain, vous allez poursuivre le caté et vous aurez l’occasion d’approfondir votre rencontre avec Dieu. Les CM2, l’an prochain, vous serez au collège, j’espère que comme beaucoup de vos aînés vous pourrez poursuivre soit avec le MEJ (Mouvement Eucharistique des Jeunes), soit à l’aumônerie de votre collège ou aux scouts.

                    Cette communion que nous vivons aujourd’hui entre donc dans un parcours où je suis invité à entrer en relation avec Dieu, le Père, avec Jésus et avec les autres.

  1. La communion nous unit à Jésus

                      Au caté nous avons donc appris à mieux connaître et aimer Jésus pour pouvoir marcher à sa suite. Pour vous ce point est une base sur laquelle vous pouvez vous appuyer. Pendant tout le temps de caté nous avons appris à lire la parole de Dieu. C’est très important de bien connaître la Bible car la parole de Dieu nous transforme. Elle nourrit notre prière et notre action. Dans l’Ancien Testament nous avons vu des passages extraordinaires : par exemple « la vigne de Naboth », « Jonas avalé par une baleine »… Dans le Nouveau Testament nous avons étudié Zachée, Bartimée, la tempête apaisée, la passion de Jésus, sa mort et sa résurrection. Nous avons chanté, regardé des vidéos. Nous avons aussi vu le film de Bernadette de Lourdes que vous avez demandé à voir.

                      Marcher à la suite de Jésus, aimer Jésus est le chemin qui donne plus de vie. Ce cheminement commence pour chacun avec le baptême et se poursuit sur toute la vie. Parmi nous certains se souviennent de leur baptême. Cela a été un moment très fort. Aujourd’hui, vous allez recevoir l’eucharistie. Lorsque vous veniez à la messe et que vous étiez dans la file de procession vous croisiez les bras sur le cœur pour demander la bénédiction. Celui qui donnait la communion vous bénissait et par lui Dieu vous bénissait. Aujourd’hui vous allez tendre les mains. Vous n’allez pas prendre la communion. Vous allez la recevoir. Avec vos mains vous allez faire comme un trône pour recevoir votre Seigneur. Il va demeurer en vous d’une autre manière.

  1. Par la communion Jésus va renforcer son alliance avec vous.

                   Les textes de la liturgie de ce jour sont étonnants. Dans l’Ancien Testament il nous est raconté la célébration de l’Alliance par Moïse au pied du Mont Sinaï et dans le Nouveau Testament le récit du dernier repas de Jésus.

                        Dans l’Ancien Testament il nous est dit que, après avoir offert des taureaux en sacrifice de paix, Moïse avait aspergé, avec le sang des taureaux, l’autel et le peuple. Cela nous surprend parce qu’on ne connaît pas ces coutumes les plus anciennes et fondamentales de l’humanité.
Pour comprendre, il ne faut pas oublier que le sang c’est la vie. Celui qui perd son sang meurt. Les peuples anciens, et même aujourd’hui, parfois, ceux qui sont dans les gangs pour bien signifier qu’ils sont unis pour la vie se font des entailles et mélangent leur sang pour dire mon sang c’est ton sang, ma vie c’est ta vie. Par là ils disent : si on touche à ta vie je donnerai ma vie pour toi. C’est primitif et barbare mais cela fait partie des coutumes ancestrales. Dans la première lecture, ce qui est étonnant c’est qu’au lieu d’offrir des hommes on offre un animal, un taureau. Le peuple, lui, ne verse pas son sang pour faire alliance avec Dieu.

                        Avec Jésus ce qui est encore plus étonnant, c’est que seul Jésus s’engage, seul Jésus va donner son sang, mais pas l’homme. Seul Jésus va donner sa vie pour nous parce qu’il nous aime. Seul Jésus s’offre pour faire alliance avec nous. En prenant le pain Jésus dit : « Prenez, ceci est mon corps ». Puis en prenant la coupe il dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance ». Aujourd’hui en recevant la communion, Jésus vient nous dire : « Aujourd’hui je fais alliance avec toi ».

Les enfants, Jésus va venir faire Alliance avec chacun de vous.

Les parents, à vous aussi, Jésus vous invite à renouveler avec lui l’Alliance de votre baptême et de votre première communion.

Vous tous qui êtes ici, amis et paroissiens, cette grâce n’est pas que pour les enfants et leur famille, elle est aussi pour vous, pour chacun d’entre nous.

                    Nous ne devons pas oublier cette loi fondamentale : quand Dieu bénit quelqu’un il ne bénit pas que cette personne. Il bénit tous ceux qui sont liés à cette personne. Aujourd’hui, Jésus veut bénir chacun de vos enfants. Il veut renouveler son Alliance avec eux mais aussi avec chacun d’entre nous.

Christian Vivien sj