3ème dimanche du Temps Ordinaire

image_pdf

Dimanche 24 janvier 2021 – 3ème dimanche du temps ordinaire — Année B

Lectures  : Jon 3,1-5.10        Ps 24          1 Co 7,29-31                 Mc 1,14-20

Cliquez pour regarder la célébration en replay

Introduction :
Mot d’accueil par Viviane :
Bonjour et bienvenue, ce dimanche 24 janvier est le dimanche de la Parole de Dieu. Nous sommes invités à placer au centre de notre vie l’Écriture Sainte. Aujourd’hui, Dieu nous parle à travers les lectures. Avec les collégiens qui ont préparé cette célébration, mettons-nous à l’écoute.

Rite pénitentiel :
Chers frères et sœurs, lors de ce dimanche de la Parole, rappelons-nous que Dieu communique, se révèle sans cesse à nous de plusieurs façons, d’abord, par sa parole dans la Bible, dans les célébrations eucharistiques, ensuite à travers les autres comme les membres de nos familles, nos amis, nos collègues, enfin, par différents évènements et expériences que nous affrontons dans notre vie. Souvent nous sommes, soit tellement centrés sur nous-mêmes, soit tellement distraits par plusieurs choses que nous ne parvenons pas à prêter l’oreille à sa parole. Au début de cette eucharistie, demandons pardon au Seigneur pour les moments où nous avons fait la sourde oreille à sa voix et à sa parole, les moments où nous n’avons pris ni l’initiative ni l’intérêt pour lire, pour écouter et pour méditer sa parole.

Homélie :
Paroles pour se convertir, se repentir
Les lectures d’aujourd’hui mettent en relief l’importance de la conversion, du repentir. Dans la première lecture, à travers Jonas, Dieu avertit le peuple de Ninive en leur disant « encore quarante jours et Ninive sera détruite, … aussitôt, les gens de Ninive crurent en Dieu et se détournaient de leur conduite mauvaise en jeûnant. Ils se sont repentis. Aussitôt Dieu renonce au châtiment également. Dans l’évangile, Jésus commence sa proclamation en disant, « le règne de Dieu est tout proche, convertissez-vous croyez à l’Évangile ». Vous vous souvenez, ce sont les paroles que nous prononçons lorsque nous appliquons les cendres sur le front des gens le jour du mercredi des cendres. Dans trois semaines nous entrerons en carême.
La parole de Dieu nous appelle tous, chacun et chacune à la conversion. Pour certains, le mot « conversion » n’est pas très agréable à écouter parce que ça fait peur. Cela leur semble vraiment difficile parce que malgré plusieurs tentatives, ils ont échoué, ils retombent dans le même travers. D’autres, en fait, ne désirent pas, ne veulent pas, ne souhaitent pas une vraie conversion, un vrai changement de vie parce que cela coûte très cher. C’est douloureux. Elle exigera un grand sacrifice de leur part. Tout ce qu’ils veulent dans leur vie, ce n’est pas le changement radical, la conversion totale mais une sorte de soulagement. Un sentiment de bien-être. Pour cela ils vont de temps en temps se confesser. D’autres encore ne pensent même pas à la conversion parce qu’ils mènent une vie confortable. Ils ne veulent pas être dérangés.
Quoiqu’il en soit, notons que se repentir, se convertir est nécessaire et indispensable pour notre salut. Le mot, ‘conversion’ en grec signifie changer de direction. Pour se convertir, il faut d’abord se tourner vers Dieu. Pour se tourner vers Dieu, il faut d’abord et avant tout prêter l’oreille à sa parole. Tous ceux qui ont écouté la voix du Seigneur et surtout ceux qui ont permis à la parole de Dieu travailler dans leur cœur en la méditant, ont fini par une conversion radicale sans retour. Un seul exemple : Saint Ignace de Loyola. Souvenons-nous de ce que Isaïe dit à l’égard de l’efficacité de la parole de Dieu, « La pluie et la neige qui descendent des cieux n’y retournent pas sans avoir abreuvé la terre, sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer, donnant la semence au semeur et le pain à celui qui doit manger ; ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission » (Is 55, 10-11). De même, « Elle est vivante, la parole de Dieu, énergique et plus coupante qu’une épée à deux tranchants ; elle va jusqu’au point de partage de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles » (Hé 4, 11). En ce jour du dimanche de la Parole, ouvrons nos cœurs et accueillons la parole de Dieu et laissons-la agir dans nos cœurs pour une vraie conversion et changement de vie.
La parole de Dieu pêche les hommes pour Dieu.
Ensuite, dans l’évangile nous voyons que Jésus appelle les premiers apôtres Pierre, André, Jaques et Jean. Il leur dit : « Venez à ma suite. Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes. Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent » (Mc 1, 17-18). Dans la culture indienne, souvent les gens recherchent un maître ou un gourou. Autrement dit, ce sont les disciples qui choisissent leur maître. Dans le cas de Jésus, c’est le maître qui choisit ses disciples. C’est lui qui prend l’initiative d’abord. C’est lui qui les appelle. Il ne rejoint pas ses disciples dans un temple ou dans un endroit spécial en leur demandant un rendez-vous. Il les rejoint au milieu de leurs occupations, au cœur de leur vie, de leur travail, comme pêcheurs. Dieu et sa parole nous rejoignent également au cœur de notre vie, de nos soucis. Remarquons bien que Jésus n’a pas choisit des gens parfaits, bien qualifiés intellectuellement et émotionnellement. Ce sont des pécheurs. Ce ne sont pas des intellectuels de son époque comme les pharisiens ou les scribes. Ce qui veut dire que Dieu regarde plutôt les cœurs remplis non pas de perfection et de qualifications, mais de générosité et de disponibilité pour sa mission. Quand Dieu nous appelle, nous ne pouvons pas nous empêcher de dire oui. !! Qui que nous soyons, nous sommes tous également appelés à être disciples et témoins du Christ. Autrement dit, l’appel par Jésus des premiers disciples est l’occasion pour nous de renouveler notre engagement à suivre et à témoigner de Jésus malgré notre propre faiblesse et fragilité. Nous avons tous la vocation à annoncer le Christ et sa parole aux autres.
Aujourd’hui, cette messe est animée par des familles, surtout par le groupe des collégiens. Rappelons-nous que l’annonce de l’Évangile passe avant tout par les familles. Chers parents, ce qui compte le plus dans vos familles ce n’est pas faire lire à vos enfants la parole de Dieu mais à lire avec eux et méditer avec eux. Inculquez une affection pour la Sainte Écriture, un amour ardent pour la Parole de Dieu dans vos familles. Dans son exhortation apostolique, Amoris Laetitia, le pape François souligne que parole de Dieu doit devenir « un compagnon de voyage même pour les familles en crise ou en difficulté, qui leur montre la direction du voyage » (Amoris Laetitia, 22).
Enfin, nous sommes aussi dans la semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Rappelons-nous que nous partageons tous la Sainte Écriture comme un héritage commun. Le pape François souligne que, « La Bible est le livre du peuple du Seigneur qui, dans son écoute, passe de la dispersion et de la division à l’unité. La parole de Dieu unit les croyants et les rend un seul peuple. » (« MOTU PROPRIO » § 4). Comme nous fêtons ce dimanche la Parole de Dieu, chers frères et sœurs, prions pour l’unité des chrétiens, pour l’œcuménisme. De même, demandons un vrai désir, un vrai goût et un vrai intérêt à lire, à écouter et à méditer la parole de Dieu dans notre vie quotidienne. Amen.

Ashok BODHANA sj