Baptême du Seigneur

image_pdf

Dimanche 10 janvier 2021 – Le Baptême du Seigneur — Année B

Lectures  : Is 55, 1-11         Is 12          1 Jn 5,1-9                 Mc 1,7-11

Cliquez pour voir la retransmission de la messe de 11h à Notre Dame des Anges

Ce dimanche 10 janvier 2021, le secteur est heureux d’accueillir dans notre communauté chrétienne de Marine, Liliane, Soubatra et Guillaume lors de la messe de 11h à NDA.

Malgrès les difficultés dues au contexte sanitaire, ils se préparent au baptême avec une nouvelle équipe . Nous prions pour eux et avec eux.

Introduction :

Chers frères et sœurs, aujourd’hui nous fêtons le baptême du Seigneur. C’est aussi le jour d’entrée en catéchuménat de quatre personnes, Marine, Soubattra, Liliane et Guillaume qui désirent découvrir le Christ et suivre ses pas de près. C’est leur première étape pour entrer dans le corps, c’est-à-dire, dans la communauté, la famille du Christ qui est l’église. Donc, prêtons attention à leur demande et accueillons-les chaleureusement.

Homélie :

Venez boire à la source intarissable de Dieu.
Chers Marine, Soubattra, Liliane et Guillaume, je m’adresse à vous qui entrez en catéchuménat en ce jour de la fête du baptême du Seigneur. Tout à l’heure, au début de la célébration, vous êtes venus frapper à la porte de l’église de NDA pour être accueillis dans la communauté. Ce fait de venir exprime votre désir, votre recherche et avant tout votre soif pour vous approcher de Dieu. Dans la première lecture, Dieu invite tous ceux qui ont soif de venir chez lui. « Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau » (Is 55, 1). Dieu invite son peuple non seulement à venir mais aussi à l’écouter, lui prêter oreille, le chercher et l’invoquer. Il précise qu’on n’a pas besoin de payer pour aller vers Lui. Sa grâce est gratuite à tous ceux qui le cherchent avec un cœur ardent.
Pourquoi Dieu insiste-il tellement sur le fait de se rapprocher de Lui ? Parce que personne d’autre ou rien d’autre peut rassasier notre faim et étancher notre soif intérieure. Nombreux sont ceux qui malgré leur richesse, leur succès, leur popularité éprouvent un sentiment de vide et de manque. La seule personne qui peut le combler, c’est Dieu lui-même. Il est la source intarissable. Rappelons-nous aussi, à ce stade, ce que Jésus dit à la femme Samaritaine. « Celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle » (Jn 4, 14). Venez donc, puiser, abreuver et étancher votre soif chez Jésus.
Dieu insiste également pour que nous nous tournions vers un autre type de nourriture qui ne se perd pas, une nourriture spirituelle qui nourrit, rassasie, renforce, renouvelle l’âme, l’esprit et qui demeure éternellement. Cette nourriture est la parole qui vient de sa bouche. « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Mt 4, 4). Chers catéchumènes, chacun de vous, tout à l’heure, vous allez recevoir l’Evangile, la parole de Dieu. Donc, nourrissez-vous de cette parole désormais.

Venez faire sa connaissance
Cela étant dit, il ne suffit pas uniquement de venir vers Jésus mais il est surtout important de le connaitre, d’entrer et d’entretenir une relation personnelle, intime et profonde avec lui. L’évangile qui décrit la scène du baptême de Jésus nous montre son identité. L’année dernière, une catéchumène quand on lui a demandé pourquoi elle a choisi de suivre le Christ, de manière spontanée elle a dit, « le Christ même s’il est Dieu, il est comme nous. Il connaît nos cœurs, nos souffrances, nos besoins parce que lui-même a traversé tout cela. J’aimerais l’avoir comme mon mentor ». En effet, le baptême de Jésus montre exactement ces aspects de Jésus, son humanité et sa divinité.
Jésus est comme nous à tous les égards, sauf le péché (Hé 4, 15). Dans ce cas, pourquoi est-il venu se faire baptiser par Jean ? Même si Jésus n’a pas besoin du baptême et malgré le fait que Jean ait refusé de le baptiser, Jésus insiste et se laisse compter parmi les pécheurs volontairement. Autrement dit, il s’est solidarisé avec nous tous, les hommes et les femmes. Son baptême montre son humilité et son humanité. Comme le dit Saint Paul, « lui qui est de condition divine n’a pas considéré comme une proie à saisir d’être l’égal de Dieu. Mais il s’est dépouillé prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes, et par son aspect, il était reconnu comme un homme (Ph 2, 6-8) ».
Le baptême de Jésus nous révèle non seulement son humilité et son humanité mais avant tout sa divinité. Autrement dit, lors de son baptême nous connaissons la vraie identité de Jésus à la fois comme homme et Dieu. La semaine dernière, nous avons célébré « l’épiphanie », la manifestation de Jésus à toutes les nations. Aujourd’hui, nous voyons une « théophanie ». En grec, « Théo » veut dire ‘Dieu’ et « phan » veut dire ‘apparition, c’est un dire c’est une manifestation divine, au cours de laquelle nous voyons l’apparition trinitaire où nous avons l’affirmation de Jésus comme Fils de Dieu. Nous voyons que « les cieux s’ouvrirent : l’Esprit de Dieu descend comme une colombe et vient sur lui. Et des cieux, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je trouve ma joie. » (Mt 3, 16-17). Tous ceux qui étaient là avec Jésus dans le fleuve du Jourdain ont écouté, vu et reconnu cette identité divine de Jésus. De fait, en se faisant baptiser par Jean, Jésus, a baptisé les eaux du Jourdain. Autrement dit, Jésus a purifié, sanctifié et bénit l’eau par son baptême pour qu’elle puisse devenir la source et le symbole du salut lors de notre propre baptême.

Venez reconnaitre votre mission
Enfin, rappelons-nous surtout le témoignage du père lors du baptême de Jésus. La deuxième lecture souligne que « le témoignage de Dieu a plus de valeur puisque le témoignage de Dieu, c’est celui qu’il rend à son Fils » (1 Jn 5, 1-9). Les mots du Père, « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je trouve ma joie. » expriment non seulement la filiation mais surtout une sorte de fierté concernant la mission de Jésus où il se donne entièrement pour nous sauver par le baptême de sang sur la croix. Comme le dit la deuxième lecture, « C’est lui, Jésus Christ, qui est venu par l’eau et par le sang : non pas seulement avec l’eau, mais avec l’eau et avec le sang. Et celui qui rend témoignage, c’est l’Esprit, car l’Esprit est la vérité » (1 Jn 5, 6). Lors de notre baptême également ces trois, l’eau, le sang et l’Esprit qui signifient la vie nous purifient et nous rappellent notre mission. Nous avons tous une mission à remplir comme enfants de Dieu.
Lors de cette fête du baptême de Jésus, chers frères et sœurs, prenons conscience de notre propre baptême et des promesses de notre baptême. Chers catéchumènes, vous qui entrez dans l’église aujourd’hui, demandez à Jésus la grâce de le connaitre et de le suivre de plus près par votre prière personnelle et par la lecture quotidienne de l’Évangile. Amen.

Ashok Bodhana sj