Video du Jeudi le 26 mars 2020, Jn 5, 31-47 par P. Joseph LACRETELLE sj

 

 

Comme nous y invite la liturgie de ce jour faisons précéder la lecture de l’évangile  d’ une phrase tirée d’un autre passage de ce  même évangile selon saint Jean. La voici : Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son fils unique, afin que ceux qui croient en lui aient la vie éternelle. »

A cette lumière écoutons le passage d’évangile de la messe d’aujourd’hui.

Jean 5    En ce temps là, Jésus disait aux juifs : «

31 Si c’est moi qui me rends témoignage, mon témoignage n’est pas vrai ;

32 c’est un autre qui me rend témoignage, et je sais que le témoignage qu’il me rend est vrai.

33 Vous avez envoyé une délégation auprès de Jean le Baptiste, et il a rendu témoignage à la vérité.

34 Moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage, mais je parle ainsi pour que vous soyez sauvés.

35 Jean était la lampe qui brûle et qui brille, et vous avez voulu vous réjouir un moment à sa lumière.

36 Mais j’ai pour moi un témoignage plus grand que celui de Jean : ce sont les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir ; les œuvres mêmes que je fais témoignent que le Père m’a envoyé.

37 Et le Père qui m’a envoyé, lui, m’a rendu témoignage. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez jamais vu sa face,

38 et vous ne laissez pas sa parole demeurer en vous, puisque vous ne croyez pas en celui que le Père a envoyé.

39 Vous scrutez les Écritures parce que vous pensez y trouver la vie éternelle ; or, ce sont les Écritures qui me rendent témoignage,

40 et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !

41 La gloire, je ne la reçois pas des hommes ;

42 d’ailleurs je vous connais : vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu.

43 Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; qu’un autre vienne en son propre nom, celui-là, vous le recevrez !

44 Comment pourriez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez pas la gloire qui vient du Dieu unique ?

45 Ne pensez pas que c’est moi qui vous accuserai devant le Père. Votre accusateur, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance.

46 Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, car c’est à mon sujet qu’il a écrit.

47 Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ? »

Ce passage d’évangile que nous venons d’écouter n’est pas facile à comprendre. Jésus nous y révèle son profond désir : que ceux qu’il rencontre reconnaissent en lui l’envoyé du Père venu pour leur offrir  de prendre part à la vie même de Dieu en accueillant d’être aimés de Dieu, et en laissant transformer leur vie en cette participation à la vie même de Dieu : comme ses enfants bien aimés .

Jésus se révèle comme le Fils de Dieu : le fils qui accomplit au ,milieu de nous et pour nous, les œuvres du Père, nous offrant , en l’accueillant, de passer des ténèbres à la lumière, de l’emprise du mal à l’ouverture au bien : à l’amour de Dieu et à l’amour les uns pour les autres par une vie filiale et fraternelle. Une vie où on reconnaisse qu’on reçoit tout de Dieu et où l’on cherche, par la grâce de Dieu, à vivre plein de reconnaissance pour cet amour qui vient de Dieu, en en imprégnant toutes nos activités. Dans cette optique on est tout décentré de soi-même, on est soucieux que l’amour qui vient de Dieu resplendisse au cœur des relations humaines. On est tout désireux que soit manifeste et resplendisse cette vie intime d’amour les uns des autres qui prend part à ce qu’est Dieu en lui-même. Ainsi éclatera la merveille de la vie de Dieu au cœur de nos existences humaines. C’est la perspective que propose jésus à travers tous ses enseignements et ses actions.

Mais voilà, il y a un obstacle qui se dresse : c’est que bien souvent on veut n’être que par soi-même, on veut se faire le centre du monde, on veut briller, on veut que tout le monde nous admire, on veut être le premier, on veut que tout le monde nous serve, on veut être meilleur que les autres, on veut être »le meilleur », on veut ne devoir rien à personne, rien à Dieu. C’est le contraire de l’amour véritable, le contraire de la participation à la vie de Dieu ; alors on cherche à recevoir sa gloire les uns des autres : on ne cherche pas la gloire, le resplendissement de l’amour véritable qui vient de Dieu seul.. et qui est don de soi-même pour que l’autre vive, pour que l’autre soit. C’est une tentation qui nous guette tous. Comment pourriez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez pas la gloire qui vient du Dieu unique ?,nous dit Jésus.

Demandons à jésus de venir à lui, pour avoir la vie. demandons lui de reconnaître les signes qu’il nous fait, et de nous accorder le don d’une foi accueillante et active, au cœur du monde où nous nous trouvons.