Jeudi le 30 avril 2020, Jn 6, 44-51, par P. Joseph LACRETELLE s.j.

 

Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire et moi, je le ressusciterai au dernier jour. Quiconque a entendu le Père et reçu son enseignement vient à moi.

Ce passage de l’évangile selon saint Jean nous place devant les choix que nous avons à faire en présence de Jésus ; Saurons-nous reconnaître en lui celui que le Père nous a envoyé ?, Saurons-nous répondre dans le secret de notre cœur à la discrète attirance que le Père y a mis  pour son fils Jésus. C’est une attirance discrète qui ne nous écrase pas, à laquelle nous sommes attirés à répondre par un choix qui engage notre liberté. Parce qu’on a le pressentiment que là se trouve la vérité.

Jésus nous invite à considérer , en lui faisant confiance, ce qu’il est pour nous : Il est bien de notre monde et en même temps il vient du ciel ; Et il  donne la vie qui ne finira jamais.

Il nous faut l’accueillir dans son don : le pain que je donnerai c’est ma chair donnée pour la vie du monde. Ce don de tout lui-même au fil des jours pour manifester à chacun l’amour dont il est aimé  par Dieu le Père… .

Il me semble que l’évangile d’aujourd’hui nous invite à tourner tout notre être vers Dieu notre Père en accueillant son fils Jésus qui a donné sa vie et est ressuscité, et qui nous comble de son Esprit d’amour.

Croire ce n’est pas simplement adhérer à des notions intellectuelles, mais c’est engager sa vie à la suite du Christ pour que resplendisse dans l’humanité actuelle l’irruption de l’amour qui vient de Dieu, et cela au cœur des réalités de la société actuelle. Croire c’est croire en l’amour qui est Dieu et qui veut imprégner toutes les relations humaines.

Il me semble bon que nous puisions notre force intérieure en contemplant, en prenant le temps de contempler : comment Jésus tout au long de son existence parmi nous a manifesté dans toutes ses rencontres l’amour que le Père a pour chacun, comment il puisait cela dans les moments de solitude qu’il passait seul à seul avec le Père, et comment il vivait cet amour concrètement dans toutes ses rencontres avec les gens.

Et, deuxième volet de notre contemplation, de notre réflexion priante faisons un peu l’inventaire de notre environnement immédiat ou plus lointain : à quoi dans les circonstances actuelles sommes nous appelés à réfléchir ? Dans quel sens sommes-nous appelés à agir ? Présentement et aussi d’une façon plus lointaine ? Ce temps de confinement auquel nous sommes astreint peut aussi être, si nous en prenons l’initiative, un temps de recherche des appels que  Dieu nous adresse dans ces moments si particuliers.

Dans  la prière sur les offrandes, en la messe de ce jeudi 30 avril le  célébrant s’exprime ainsi : puisque nous avons la connaissance de ta vérité (la vérité de Dieu, c’est que Dieu est amour) accorde-nous de lui être fidèles par toute notre vie (que notre vie soit une vie donnée pour la vie du monde).

Eh bien oui, que le Seigneur nous donne de garder bien vivants ces deux versants de notre vie.

Nous pourrons prendre un temps pour examiner la présence de ces deux versants dans notre vie, sous le regard et la lumière de Dieu.

Et nous adresser à lui comme nous sentirons.