Mercredi 22 avril 2020, Jn 3, 16-21, par P. Ashok BODHANA sj

 

 

Chers frères et sœurs bonjour à vous tous,

Connaissez-vous un verset incontournable qui est le plus souvent cités pour parler de l’amour de Dieu pour toute l’humanité et pour le monde entier ? Vous pouvez, peut-être, prendre un instant pour y répondre et y réfléchir. De fait, l’évangile d’aujourd’hui commence avec ce verset important.

Ecoutons l’évangile de Jean 3, 16-21.

« Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que ceux qui croient en Lui aient la vie éternelle ». Ce verset résume en un mot le message central des deux testaments, de toute la Bible. Ce verset nous montre combien et comment, et jusqu’à quel point Dieu nous aime. Autrement dit, cela montre la grandeur, la largeur, la longueur, la hauteur et la profondeur de l’amour de Dieu pour l’humanité.

Dieu est quelqu’un qui veut être toujours en relation avec son peuple, qui veut entretenir cette relation et qui veut venir sans cesse envers son peuple, c’est-à-dire toi et moi. Dieu se donne, se communique, se révèle toujours à nous. Comme le dit dans la lettre aux Hébreux, « À BIEN DES REPRISES et de bien des manières, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; mais à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils qu’il a établi héritier de toutes choses et par qui il a créé les mondes » (Hé 1, 1-2). C’est à nous d’accepter et de gouter dans notre vie son invitation d’amour.

Depuis quelques jours, les lectures d’évangile tournent au tour de la conversation, de l’entretien de Jésus avec Nicodème, un pharisien, un des chefs religieux, un homme de haute moralité à la différence d’autres pharisiens de son époque, un homme profondément sincère dans sa quête pour la vérité. Il est venu à Jésus pendant la nuit, non pas parce qu’il avait peur d’être vu, mais probablement parce qu’il voulait avoir une conversation calme et ininterrompue avec Jésus. C’est à ce moment là que Jésus lui explique les rudiments et les notions du salut comme la naissance d’en haut, la naissance en esprit, l’importance de croire au Fils de Dieu etc.

Comme Nicodème, il y a beaucoup de gens dans le monde qui sont vraiment en quête de la vérité sans repos. Il y a des gens bien instruits, bien qualifiés dans plusieurs domaines mais qui n’arrivent pas à croire en Dieu, à croire au Fils de Dieu.

L’évangile d’aujourd’hui met l’accent sur l’importance de croire en Dieu. Jésus nous invite à croire, à grandir dans notre confiance à Dieu surtout dans le Fils de Dieu pour avoir la vie éternelle.

Rappelons que : « sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu » (Hé 11,6). Certains, d’entre vous, peut-être, direz-vous, ‘je n’ai pas la foi ou j’ai une foi faible et fragile’. Ne vous inquiétez pas. La foi est, en fait, un don de Dieu. Si vous n’en avez pas vous pouvez toujours la demander. La confiance et la foi en Dieu peut être fortifié à travers notre vie de prière personnelle.

Ensuite, dans l’évangile, il est dit, « Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu » (Jn 3, 18). Echapper au jugement signifie échapper la mort. En fait, en refusant Dieu, c’est moi qui refuse la vie, la vie éternelle. En refusant Dieu, c’est moi qui me condamne, c’est moi qui me juge. De fait, rappelons que Jésus a dit, « Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé ».  Dieu ne veut jamais notre mort. Son grand désir c’est notre vie éternelle avec lui. Mais tout dépend de nous. C’est à nous de choisir ou la vie ou la mort. C’est à nous aussi de choisir ou la lumière ou les ténèbres.  La lumière dont Jésus a parlé dans l’évangile c’est lui-même. Il nous invite à le choisir (Jn 8, 12). En ce moment, si certains traversent les ténèbres de tristesses, de tempêtes, de désespoirs, des épreuves épouvantables nous pouvons toujours demander la lumière du Christ, la lumière de foi, de confiance, de soutien, d’encouragement, du courage et de joie.

Quelques questions pour la prière personnelle :

Est-ce que j’ai un désir ardent de me rapprocher de Dieu, de goûter son amour, de grandir dans ma relation avec lui dans ma vie de prière ?

Quelles sont les ténèbres qui empêchent la lumière de Dieu de pénétrer dans ma vie ?

En ce qui concerne ma foi au Christ, comme va-t-elle surtout aux moments des épreuves en ma vie ? Ma foi, est-elle forte ou faible ?

Intention :

J’aimerais confier au Seigneur surtout les jeunes qui sont dans une quête de la vérité et du sens de leur vie. Que le Seigneur comble leur cœur d’une lumière de joie et qu’Il leur révèle à son amour à travers son Fils. Amen.

P. Ashok BODHANA sj