27ème dimanche du temps ordinaire

image_pdf

Dimanche 3 Octobre 2021

27ème dimanche du Temps Ordinaire – Année B

Lectures  :    Gn 2,18-24               Ps 127          He 2,9-11           Mc 10,2-16

Homélie :

                Le livre de la Genèse évoque superbement la tendresse et la délicatesse de Dieu en créant le monde. Ce premier livre de la Bible ne prétend pas expliquer scientifiquement l’origine de l’homme et ne peut donc en aucun cas être opposé à la science. Bien au contraire !

                Il dit que l’homme ne s’est pas fait en un jour, mais en sept, chiffre hautement symbolique qui signifie : beaucoup, mais aussi pleinement, parfaitement… D’ailleurs l’homme est-il « achevé » ? N’y a-t’il pas encore plein de mystères qui l’entourent, de domaines inexplorés, de potentiels et d’inconnues à découvrir, en lui comme tout autour de lui ?

                Le récit de la Genèse parle aussi de ces créations successives, le minéral d’abord, puis le végétal, l’animal, l’humain enfin, comme le chef d’œuvre de Dieu, et là encore la science vient corroborer cette intuition !

                Et puis surtout il y a cette expression pleine de sens et de profondeur : en parlant de la femme, Dieu dit : « une aide qui corresponde à l’homme ». Dans le désir créateur de Dieu il y a ce souci que sa créature soit aidée, soutenue, complétée par un autre être à ses côtés, différent mais complémentaire. Dieu les fit « deux »,

 ish et isha en hébreux

homme et femme

aide l’un pour l’autre

pour que l’amour avec lequel Dieu a créé l’homme se prolonge dans la relation à l’autre…

                C’est pourquoi, dans l’Évangile de Marc qu’on vient de lire, le Christ s’insurge contre ceux et celles qui répudient leur conjoint : « si quelqu’un répudie son conjoint, il devient adultère ». Il trahit non pas seulement la promesse de fidélité prononcée lors de son mariage, mais il trahit également l’intention même de Dieu qui nous a donné quelqu’un pour avancer plus sûrement à deux dans la vie.

                Et l’Évangile de Marc se prolonge alors par la référence aux enfants :

                                                               « laissez les venir à moi ! »

L’actualité hélas nous rattrape… Cette semaine, mardi très précisément, le rapport de la CIASE va être remis à la Conférence des Évêques de France… et ce rapport risque d’être très dur, l’ampleur du phénomène des abus sexuels dans l’Église, en particulier sur des enfants, dépassant ce qu’on pouvait imaginer. Les media vont s’en emparer, et nous en serons tout secoués…

                Notre Évêque, Mgr James, nous demande de vous dire ceci :

« La publication de ce rapport va être une épreuve de vérité et un moment rude et grave. Nous allons recevoir et étudier ces conclusions pour adapter nos actions. Je vous tiendrai informé car cette lutte contre la pédophilie nous concerne tous. C’est dans une attitude de vérité et de compassion que j’invite chacun d’entre vous à recevoir le contenu de ce rapport. Mais, avant tout, nos pensées, notre soutien et nos prières vont continuer d’aller vers toutes les personnes qui ont été abusées au sein de l’Église. Que le Seigneur de justice et de miséricorde nous conduise sur le chemin d’une vie nouvelle. »

Georges Cottin sj