3ème dimanche du Temps ordinaire

image_pdf

3ème dimanche du temps Ordinaire – année C – 23  janvier 2022

Lectures :    Ne 8,1-4a.5-6.8-10              Ps 18              1 Co 12,12-30              Lc 1,1-4; 4,14-21

Dimanche de la Parole de Dieu : une tonalité particulière

« J’établis que le 3e dimanche du Temps Ordinaire soit consacré à la célébration, à la réflexion et à la proclamation de la Parole de Dieu. Ce dimanche de la Parole de Dieu viendra ainsi se situer à un moment opportun de cette période de l’année, où nous sommes invités à renforcer les liens avec la communauté juive et à prier pour l’unité des chrétiens.  »

Pape François, Lettre apostolique Aperuit illis, 30 septembre 2019, n° 3.

Homélie :

« Il vint à Nazareth où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat et il se leva pour faire la lecture »

L’évangile selon saint Luc nous montre Jésus, au début de sa vie publique, dans une sorte de scène inaugurale.
Dans cette scène Jésus est seul, sans disciples. Il est déjà connu sinon reconnu : « Sa renommée se répandit dans toute la région ». Depuis un certain temps il prend la parole dans les synagogues et, là encore, c’est lui qui prend l’initiative « Il se leva pour faire la lecture ».
« On lui remit le livre du prophète Isaïe », et quelque chose d’essentiel se produit : la rencontre d’une parole et d’un locuteur, d’un message et d’un messager, d’une prophétie et de son accomplissement.
Quelque chose d’essentiel nous est dit sur Jésus, sur son identité, mais aussi sur sa mission.
Cette scène dans la synagogue de Nazareth est comme un écho de la scène du baptême de Jésus. Dans les deux cas Jésus est au milieu d’une foule : « Comme tout le peuple se faisait baptiser… »/« Tous dans la synagogue avaient les yeux fixés sur lui »
Mais alors qu’au baptême c’est Dieu le Père qui parle pour désigner Jésus comme Fils bien aimé, à Nazareth, Jésus prend la parole pour s’appliquer à lui-même la prophétie d’Isaïe : « l’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction ».
Cette revendication est inouïe, car dans la Bible hébraïque, l’huile de l’onction est réservée aux rois et aux grands prêtres. Quant à la figure qui cumule les traits du roi, du prêtre et du prophète il n’y en a qu’un : le Messie de Dieu…

« Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre ».

Cette affirmation de Jésus va provoquer pas mal de remous. Mais il ne faudrait pas que l’attention portée au messager et à son identité nous sidère et nous empêche d’entendre le message qui, lui aussi, s’accomplit : « Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération…annoncer une année favorable accordée par le Seigneur »
Notre époque, notre Église comme chacune de nos vies, sont marquées par l’épreuve et ce poids peut faire vaciller, parfois, notre foi ou notre espérance.
Mais Jésus dans la synagogue de Nazareth nous redit que Dieu son Père, et notre Père, marche à nos cotés et accompagne chaque jour de notre vie.
Comme Jésus, avec Jésus, continuons de marcher dans la force de l’Esprit !

Christian Haury sj