Mercredi des Cendres

image_pdf

Mercredi des Cendres – année C – 2 mars 2022

Lectures :    Jl 2,12-18           Ps 50              2 Co  5,20 à 6,2                  Mt 6,1-6.16-18

                 Les textes de la liturgie d’entrée en Carême sont magnifiques et chacun d’eux mériterait d’être repris. Je vous invite à les relire ce soir et dans les prochains jours.

             « Quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu comme les hypocrites ». C’est clair. Le Carême n’est pas le temps des « faces de carême ». C’est le temps de la conversion, le temps du combat spirituel.
« Revenez au Seigneur votre Dieu de tout votre cœur…Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements » Voilà l’enjeu et le lieu du combat.
Notre cœur, notre relation à Dieu, est un champ de bataille. La ligne de front ne passe pas entre nous qui serions les bons, et les autres quelque nom qu’on leur donne, quelque étiquette qu’on leur colle, qui seraient les mauvais. La ligne de partage entre le bien et le mal, entre le péché et la justice nous traverse.

            Quarante jours pour faire le point. Pour trouver le chemin d’une vie avec Dieu plus dense et plus belle. Quarante jours pour changer s’il le faut, autant qu’il le faut, l’orientation de notre vie. Nous convertir, en un mot.
Et trois moyens puissants : le jeûne, l’aumône et la prière.

Chacun de ces moyens nous libère, nous fait gagner en liberté.

Le jeûne en nous libérant de l’instinct qui nous pousse à manger trop, à faire des réserves de sécurité. Retrouver la sensation de manque, de fragilité que connaissent trop de pauvres, et que l’abondance, devenue habituelle, nous a fait oublier.

L’aumône, qui nous libère de l’instinct de propriété. Est-ce que je possède mes biens ou est ce que mes biens me possèdent ? Le test de liberté, c’est d’en donner une partie. Je ne peux donner que ce que je possède. Je ne possède vraiment que ce dont je suis capable de me séparer.

La prière nous libère de la dictature de l’agenda et des notifications impératives de nos smartphones. Prier c’est consacrer du temps à Dieu. Consacrer c’est mettre à part, réserver, sanctuariser. Mettre à part du temps pour parler à Dieu « comme un ami parle à son ami, comme un serviteur parle à son maître : on rend compte de sa gestion, on lui expose ses affaires, on lui demande conseil »

Le Carême si nous ne laissons pas ce temps couler entre nos doigts est une grâce et une chance. Profitons-en !

Amen !

Christian Haury sj