2ème dimanche de Carême

You need to add a widget, row, or prebuilt layout before you’ll see anything here. 🙂

Homélie: 2ème dimanche de Carême – année C – 17 mars 2019

Lectures :  Gn 15,5-12.17-18  Ps 26   Ph 3,17 à 4,1      Lc 9,28b-36

La transfiguration

            En ce 2ème dimanche du carême l’Eglise nous présente la transfiguration du Seigneur et nous invite à nous mettre à l’écoute de Jésus.

  • Reprenons les évènements

           Nous sommes dans l’évangile de Luc. Dans le groupe des douze, interrogé par Jésus, Pierre vient de faire sa profession de foi. Il vient de déclarer : « tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ». Aussitôt, sans plus attendre, Jésus vient d’annoncer pour la première fois, aux disciples, ses souffrances et sa passion avec la recommandation sévère de ne rien dire à personne. Ainsi, dès que les disciples reconnaissent qu’Il est le Fils de Dieu, Jésus leur annonce sa passion.

           C’est dans ce contexte, après avoir annoncé sa passion pour la première fois, que Jésus va prendre avec lui Pierre, Jacques et Jean afin d’aller avec lui prier sur la montagne. Cette scène est avant tout une expérience de prière que Jésus va vivre en présence de trois de ses disciples, avec qui il a une relation plus particulière. Quelques temps auparavant il les avait déjà pris tous les trois avec lui lorsqu’il était allé prier pour la fille de Jaïre, qui était morte puis qui était revenue à la vie. Ce sera encore eux, que Jésus choisira pour être avec lui  au Jardin des Oliviers afin de l’accompagner dans son agonie.

           Ce jour là, pendant qu’il priait, le visage de Jésus apparut tout autre. Ses vêtements  devinrent d’une blancheur éclatante. Déjà, dans le passé, lorsque Moïse avait rencontré Dieu sur la montagne son visage était devenu rayonnant. En effet, il était illuminé de la gloire de Dieu. Mais ici il y avait une différence fondamentale. La lumière qui avait illuminé le visage de Moïse provenait de sa rencontre avec Dieu. Alors que pour Jésus, elle jaillissait du plus profond de lui-même. Cette lumière qui jaillissait de lui indiquait, confirmait pour eux sa divinité.

 

  • Avec Moïse et Elie

           Jésus est apparu en gloire, sur la montagne, entouré de Moïse et d’Elie, deux grands personnages de l’Ancien Testament.

           Dans la Bible la montagne est le lieu de la rencontre avec Dieu. Autrefois c’était sur la montagne que Moïse avait parlé avec Dieu. Dieu lui avait répondu dans le tonnerre et les éclairs. C’est aussi sur la montagne que Moïse avait reçu de Dieu les tables de la Loi, le décalogue. Sur la montagne, également, le prophète Elie avait entendu Dieu lui parler dans le bruit d’une brise légère. Maintenant, Jésus, en prière, se trouve entouré par les deux grands témoins de l’Ancien Testament représentant la loi et les prophètes, qui, par là, confirment la légitimité de Jésus.

           Une conversation s’établit entre Moïse, Elie et Jésus. De quoi parlent-t-ils ? Du départ de Jésus qui allait se réaliser à Jérusalem. Avant de monter, avec ses disciples, sur la montagne, Jésus le leur avait déjà annoncé, mais ils n’avaient rien compris. Maintenant c’est Moïse et Elie qui en parlent avec Jésus attestant devant Pierre Jacques et Jean la véracité de ce que Jésus leur avait déjà dit.

  • Jésus est le fils de Dieu

           Et voici que maintenant une voix se fait entendre : « Celui-ci est mon Fils que j’ai choisi : écoutez-le ». Pour Pierre Jacques et Jean, mais aussi pour nous qui l’écoutons dans cet évangile, cette voix est un ordre. C’est Jésus que nous devons écouter. La foi chrétienne n’est pas une mise en œuvre de principes et de choses à faire mais c’est la rencontre avec une personne qui s’appelle Jésus. C’est lui que nous devons écouter et suivre.

           Cette affirmation aujourd’hui a du mal à être reçue, mais le pape François dans tous ces enseignements nous aide à mettre Jésus au centre de notre vie. Cette affirmation entre également dans le parcours de toute la révélation biblique.

           Avant Abraham, les hommes cherchaient à plaire aux dieux, à les amadouer dans la crainte des malheurs qui pouvaient leur arriver. Ils leurs offraient des sacrifices et parfois même des sacrifices humains pour calmer leur colère.

           Avec Abraham le mouvement bascule. Ce n’est plus l’homme qui cherche Dieu mais c’est Dieu lui-même qui cherche l’homme. Dieu parle à Abraham et Abraham lui répond. Un dialogue s’établit. Dieu va faire alliance avec Abraham. Il va lui promettre une descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et il s’engage à lui donner une terre en héritage.

           Avec Moïse on prend conscience que Dieu s’est choisi un peuple sur lequel doit reposer sa sainteté. Il veut que son peuple soit saint. Dieu voit la misère du peuple et il vient le délivrer de l’esclavage des Egyptiens mais aussi de l’esclavage de la servitude du péché. Pour le conduire il lui fait le grand cadeau de la Loi.

           Avec Elie Dieu s’adresse à l’homme dans le bruit de la brise légère. Il faut avoir une oreille qui écoute. Avec les prophètes, Dieu est celui qui est malade d’amour pour l’homme. Il le reprend sans cesse parce qu’il l’aime. Osée nous témoigne de cet amour fou que Dieu a envers l’homme. Il nous invite à lui rendre amour pour amour.

           Voici qu’avec Jésus, tout bascule : Dieu vient demeurer au milieu de nous.

           Aujourd’hui, du milieu de la nuée, Dieu se révèle Père et Jésus est son Fils. Jésus va donner sa vie pour nous, mourir  sur une croix mais aussi ressusciter et nous envoyer son Esprit Saint. En Jésus, Dieu nous fait un immense cadeau : nous sommes invités à entrer en relation avec lui, à l’écouter. Ce n’est plus une Loi que nous avons à suivre mais une personne. Cette personne a un nom. Elle s’appelle Jésus. Non seulement Jésus nous rappelle que Dieu est Père mais il nous guide sur notre route. Avec lui nous n’avons rien à craindre : Il est le chemin, la vérité et la vie.

 

                                                                       Christian VIVIEN sj