2ème dimanche de l’Avent

Homélie du 2ème dimanche de l’Avent – Année B – 10 décembre 2017

Lectures : Is 40,1-5.9-11     Ps 84      2 P 3,8-14     Mc 1,1-8

                    Dans ce temps de l’Avent, l’Église nous invite à veiller pour accueillir le Seigneur qui vient demeurer au milieu de nous. Nous sommes invités non pas à être passifs mais à mettre toute notre énergie afin de coopérer avec le Seigneur pour préparer ses chemins en nous et là où il nous envoie.

  1. Une voix crie dans le désert : « préparez les chemins du Seigneur »

                    Cette voix se fait entendre afin que sa venue puisse se réaliser au milieu de nous. Le Seigneur désire réaliser son œuvre pour nous sauver. Pour cela il aurait très bien pu faire tout, tout seul. Il aurait pu désirer nous sauver sans nous, malgré nous. Mais Dieu ne veut rien faire sans nous. Il nous invite à participer à son œuvre de salut non seulement pour nous sauver mais aussi pour sauver les autres. Pour accueillir la venue du Seigneur il y a un travail de coopération à accomplir : pour que le Seigneur nous transforme mais aussi pour que nous nous mettions à son service auprès de nos frères. Nous sommes invités à coopérer à l’œuvre de Dieu qu’il désire réaliser en nous et à travers nous.

                    Dieu respecte profondément notre liberté. Il a besoin de nous et il se plaît à avoir besoin de nous. Il ne fait rien sans notre accord. Ce matin, il nous dit : « Veux-tu changer pour que je puisse régner en toi et à travers toi ? ». Il a besoin de notre accord pour que tous les chemins tortueux en nous et dans le monde puissent se redresser. Il vient nous visiter pour exercer à notre égard son œuvre de miséricorde. Cette œuvre de miséricorde, le Seigneur désire que nous puissions l’accueillir. Nous avons à coopérer à l’œuvre de Dieu en nous et à travers nous. Le Seigneur veut nous restaurer personnellement pour faire de nous des témoins à son service. Il veut aussi que nous puissions exercer son œuvre de miséricorde auprès de nos frères

  1. Jean Baptiste nous invite à la conversion

                    Jean Baptiste parut dans le désert. Il proclame un baptême de conversion pour le pardon des péchés. Jean-Baptiste nous supplie de nous convertir. Il désire que l’on change de conduite. Pendant ces quelques jours qui nous séparent de Noël nous sommes, nous aussi, invités à nous convertir, à laisser le Seigneur nous révéler ce qui est à changer en nous. Le péché, si nous sommes attentifs, n’est pas simplement une faute, un manquement moral. C’est une mauvaise réponse à l’amour que Dieu nous adresse. Devant tant d’amour de Dieu à notre égard, nous ne pouvons lui rendre qu’amour pour amour.

                    Ce temps de l’avent, où on se prépare à accueillir Jésus qui vient régner en nous et au milieu de nous, est un temps pour se réajuster à Dieu, pour laisser le Seigneur poser en nous son regard de tendresse et de miséricorde..

                    Afin que nous puissions mieux l’accueillir, le Seigneur désire purifier en nous tout ce qui a besoin de l’être. Que la grâce du baptême de conversion prêché par Jean Baptiste dans le désert de Judée s’étende jusqu’à nous afin que nous soyons plus dociles entre les mains du Seigneur, plus conformes à tout ce qu’il attend de nous.

  1. Jésus désire que l’on soit baptisé dans l’Esprit Saint

                    Le Seigneur a aussi besoin de notre participation pour que la bonne nouvelle de l’évangile soit proclamée dans notre entourage. Sans nous il ne peut rien faire. Cette annonce revêt différents aspects complémentaires. Non seulement il nous invite à participer à des œuvres de miséricorde auprès de tous ceux qui sont blessés sur le chemin de la vie mais encore il nous demande de rassembler toute notre énergie et notre initiative afin de consoler son peuple et de proclamer sa parole.

                    A cette fin, nous avons besoin d’être renouvelés par la force de l’Esprit Saint. Sans L’Esprit Saint, il n’est pas possible de mener à bien notre vie chrétienne. Sans l’Esprit Saint nous sommes comme des handicapés de la vie. Sans l’Esprit Saint il n’est pas possible de proclamer sa parole auprès de ceux qui ne le connaissent pas. En reprenant l’expression du pape François, Jésus nous invite à être « disciples-missionnaires ».

                    Puisse le Seigneur réaliser en nous et dans le monde son œuvre de restauration profonde et nous recouvrir de la puissance de l’Esprit Saint.

Christian Vivien sj