Fête de la Sainte Trinité

image_pdf

Fête de la Sainte Trinité – année C – 12 juin 2022

Lectures :    Pr 8,22-31     Ps 8       Rm 5, 1-5             Jn 16,12-15

Homélie

« La grâce de Jésus-Christ notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion du Saint Esprit soit toujours avec vous »

C’est ainsi que nous avons débuté notre célébration, en nous souhaitant de vivre chaque jour  dans le mystère de grâce de la Trinité.

Frères et sœurs, nous traçons sans doute souvent sur nous même ce signe de la croix. Peut-être même est ce le premier geste de notre journée au matin. Un de mes amis, très fidèle à ce signe de croix premier, appelait cela « accrocher les choses du jour par en haut ».

Cette simplicité, cette habitude, cette familiarité, j’allais dire cette banalité, forte et heureuse, du signe de la croix est peut-être la meilleure méditation que nous puissions faire du mystère de la Trinité.

Oui, les chrétiens croient en un Dieu un en trois personnes distinctes.

Ce n’est pas un problème à résoudre, c’est une révélation à accueillir, comme les disciples l’ont reçue de Jésus.

« Quand il viendra, lui l’esprit de vérité il vous conduira dans la vérité toute entière/…/ Tout ce que possède le Père est à moi. /…/ L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaitre. » Elle est là la relation des personnes qui constitue le Dieu auquel nous croyons.

Jésus le Fils nous révèle le Père et nous promet l’Esprit Saint.

Que Dieu soit relation, symphonie, l’Ancien Testament le pressentait et les Pères de l’Eglise ont bien souligné la parenté entre l’Esprit Saint et la figure de la Sagesse au livre des Proverbes. Dans l’Ancien Testament, la Sagesse n’est pas un concept, mais une personne !

Et une fois encore, les grands artistes sont les meilleurs théologiens.

Levons les yeux vers cette icone de la Trinité de Roublev : la similitude des visages, la diversité des vêtements, le cercle dans lequel s’inscrivent les personnages, nous disent l’essentiel : le Dieu unique auquel nous croyons est communion, relation de personnes qui se reçoivent l’une l’autre. Dieu est communion, Dieu est symphonie.

Que serait notre monde si nous acceptions vraiment d’être au quotidien ce que nous avons vocation d’être : image et ressemblance de Dieu ?

Dans chaque relation d’amour, dans chaque couple, dans chaque famille, dans tout geste de compassion ou de charité vraie, dans toute épreuve surmontée dans la confiance, comme le Christ au jardin des oliviers, Dieu se dit, Dieu s’incarne, Dieu se révèle.

Frères et sœurs c’est aussi simple et vertigineux qu’un signe de croix : il nous appartient chacun et ensemble de révéler le Dieu des chrétiens à ceux qui ne le connaissent pas. Par notre foi, notre espérance et notre charité.  Comme le dit saint Paul « La vertu éprouvée produit l’espérance, et l’espérance ne déçoit pas puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné »

Alors frères et sœurs, dans l’espérance, avançons !

Amen.

Christian Haury sj