3ème dimanche de Carême

image_pdf

3ème dimanche de Carême – année C – 20 mars 2022

Lectures :    EX 3,1-8a.10.13-15           Ps 102              1 Co  10,1-6.10-12                  Lc 13,1-9

En ce dimanche, la paroisse a fêté le 1er scrutin des catéchumènes qui seront baptisés pendant la veillée pascale.

Pour cela d’autres textes ont été proclamés:

Ex 17, 3-7     Ps 94, 1-2. 6-9      Rm 5, 1-2. 5-8    Jean 4.5-15.19b-26.39a.40-42 .

Voici donc l’homélie de Florian Cazenave, apprenti jésuite et chargé du catéchuménat :

Aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir parmi nous cinq catéchumènes : Guillaume, Liliane, Soubattra, Audrey et Marine. Nous les avons déjà accompagnés certains dimanches, vous vous en souvenez peut-être : il y a eu l’entrée en catéchuménat, pendant laquelle ils ont frappé fortement à la porte ; plus tard, nous leur avons remis le Notre Père ; et une autre fois encore le Credo. Vous commencez donc à les connaître !

A présent le moment du baptême approche, ce sera à la Vigile Pascale, dans un mois… Et l’Église nous propose trois moments, trois scrutins pour que les catéchumènes s’y préparent plus intensément. C’est une chance pour nous, qui sommes baptisés depuis plus longtemps, car ils nous rappellent à notre baptême !

Et aujourd’hui, par cet Évangile, ils nous rappellent à « prendre soin de notre soif spirituelle », à « prendre soin de notre dialogue avec le Christ » et à « prendre soin de la source d’eau vive en nous ».

  1. Vous nous rappelez tout d’abord de « prendre soin de notre soif spirituelle. » L’Évangile nous présente une femme Samaritaine. Elle a soif et vient au puits pour puiser l’eau. En plus, elle vient à l’heure la plus chaude, à midi, quand le soleil tape le plus fort, pour être sûre de ne rencontrer personne ! Elle doit être bien seule cette femme… Mais les choses ne se passent pas comme prévu : elle y fait une rencontre qui lui révèle une soif plus profonde encore.

Vous aussi, chers catéchumènes, si vous êtes venus frapper à la porte de l’Église, c’est par une soif intérieure, ou encore c’est parce que des rencontres vous ont révélées cette soif qui vous animait. Il a fallu du temps pour prendre conscience que cette soif était là, et qu’elle vous demandait de faire quelque chose, qu’elle vous demandait une réponse. Il a fallu être à son école, mettre progressivement des mots dessus et revenir à son écoute même lorsque vous avez vécu des choses angoissantes, ou que la vie vous malmenait.

La question que vous nous posez, chers catéchumènes, à nous autres qui avons été baptisés il y a plus longtemps, c’est : où en est notre soif ? Est-ce que nous sommes toujours à l’écoute de cette soif intérieure qui nous met en route ? Elle est parfois bien encombrée par la surcharge du quotidien, par tout ce que nous écoutons et entendons, par la peur, l’angoisse, la colère… Sa voix est discrète et ténue. Il faut faire silence et prêter l’oreille pour l’entendre.

  1. Vous nous rappelez aussi de « prendre soin de notre dialogue avec le Christ ». La Samaritaine et le Christ prennent le temps du dialogue. Au fur et à mesure de la rencontre ils parlent de beaucoup de sujets et posent des questions sur le plus quotidien comme sur le sens des choses et de la vie

Vous aussi, dans votre temps de préparation, chers catéchumènes, vous avez pris le temps de la rencontre et du dialogue qui ont nourris vos questions et votre démarche.  Tout d’abord, vous nous avez constamment parlé de votre famille et de vos amis pendant cette année et demi de préparation. Dans cette démarche vers le baptême, ils vous sont présents et vous accompagnent. Ils sont bien dans votre cœur. Ensuite vous avez vécu la rencontre avec l’assemblée paroissiale. Et vous nous avez dit plusieurs fois à quel point vous étiez touchés de l’accueil qui vous avait été fait ici et, après la célébration d’entrée en catéchuménat, que vous vous sentiez « à votre place » enfin dans l’Église. Chers  membres de la paroisse, comme votre présence et votre accueil sont importants pour ces catéchumènes pour qu’ils se sentent accueillis et faisant partie de l’église. Aussi n’hésitez pas à venir les voir et à les rencontrer. Enfin, vous avez vécu la rencontre entre vous : vous avez fait groupe et dans ce groupe vous étiez contents de venir, et où vous avez pu vous accueillir et partager.

Toutes ces rencontres qui vous ont accompagnées et nourries pendant votre préparation, elles sont le signe de la rencontre avec le Christ. Vous avez fait l’expérience de lire ensemble l’Évangile de Saint Marc. Vous avez vécu que « quand deux ou trois sont réunis en mon nom le Christ est là au milieu d’eux ». Vous avez fait l’expérience que cette Parole vous parle dans votre vie concrète.

Chers catéchumènes, vous avez fait cette expérience, pendant le temps de préparation au baptême, du dialogue avec le Christ et de sa présence qui nourrit vos relations avec les autres. Quels petits moyens prendrez-vous après votre baptême, pour continuer ce dialogue avec le Christ, écouter sa Parole avec d’autres ? Par quels petits moyens, de prière, de lecture de la Bible, de dialogue avec d’autres, d’insertion dans une communauté paroissiale continuerez-vous à faire cette expérience ? Et nous, baptisés de plus longue date, à nous aussi cette question est adressée : par quels moyens entretenons nous ce dialogue avec le Christ ?

  1. « Prendre soin de la source d’eau vive en nous ». Le Christ fait la promesse de donner de « l’eau vive » à la Samaritaine, de cette « eau vive » qui « deviendra en [elle] source jaillissante pour la vie éternelle. » A vous aussi, chers catéchumènes, cette promesse est faite. A nous tous. Lorsque cette femme , après une longue discussion, elle vit une rencontre avec le Christ tout change.

Regardez : elle repart déjà alors qu’elle n’a pas étanché ses soifs. Elle avait soif d’eau et elle n’a pas bu au puits –  elle a rencontré quelqu’un, mais elle n’a pas étanché sa soif de relations – et elle n’a pas non plus étanché sa soif de connaître et toutes ses questions n’ont pas trouvé de réponses. Cependant, malgré toutes ces soifs et insatisfactions, elle retourne vite vers son village et elle va à la rencontre de ceux qu’elle fuyait pour leur parler de ce qu’elle a vécu, pour leur parler de cette rencontre avec le Christ. Quelque chose en elle est devenu source d’eau vive pour d’autres !

Vous aussi chers catéchumènes, si vous venez étancher vos soifs au Christ dans vos chemins de foi, peut-être vous n’étancherez pas exactement toutes vos soifs et pas comme vous le pensez. Peut-être et même sûrement serez-vous encore insatisfaits.

Et cependant malgré tout cela, prenez soin du dynamisme intérieur qui nait de cette rencontre avec le Christ. Il fera de vous une source pour d’autres. Chacun à sa manière : par le service, par la parole, par le témoignage et le partage, par votre travail, par l’amitié et tant d’autres choses…

 

A présent, pour ce premier scrutin, nous allons vivre deux moments – qui se répéteront encore lors des prochains scrutins :

Tout d’abord nous prierons ensuite pour que le Seigneur fortifie en vous sa grâce et votre chemin !

Ensuite dans un second temps nous prierons avec vous une prière dite d’ « exorcisme », pour demander à Dieu qu’il désencombre vos vies, qu’il désencombre la source d’eau vive en vous, qu’il les désencombre de ce qui est complicité avec le mal. Nous-mêmes, baptisés de plus longue date, nous ferons ce même type de démarche lorsque nous vivrons le renouvellement de nos promesses de baptême à la Vigile Pascale. Nous promettrons alors de renoncer au mal et à ce qui conduit au mal.

 

Merci, encore une fois, chers catéchumènes, de nous rappeler à notre baptême. Merci de ce que votre démarche nous rappelle à tous de prendre soin de nos soifs et en particulier de cette soif spirituelle qui n’est pas toujours si audible dans nos quotidiens chargés ; de prendre soin d’écouter et partager avec d’autres la Parole de Dieu qui parle à nos vies ; et de laisser cette rencontre avec le Christ nous rendre source d’eau vive pour d’autres.

Florian Cazenave