3ème dimanche du temps Ordinaire

Homélie: 3ème dimanche du Temps Ordinaire- année A – 26 janvier 2020

Lectures : Is 8, 23b – 9, 3; Ps 26 (27), 1, 4abcd, 13-14; 1 Co 1, 10-13.17; Mt 4, 12-23

La Parole de Dieu est la lumière pour notre vie.

Depuis le temps de Noël, il y a un thème, qui revient sans cesse dans les lectures de la liturgie. C’est celui de la « lumière ».  Dans la première lecture, le prophète Isaïe réveille l’espérance du peuple qui étaient dans la captivité et dans la servitude en disant, « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière (Is 9, 1). Cette parole de prophète est réconfortante et encourageante non seulement pour Israël mais aussi pour ceux qui aujourd’hui traversent des ténèbres de souffrances, d’épreuves, et de crises de toutes sortes. En fait, à quoi fait allusion « la grande lumière » ? Sans doute, au Christ (Jn 8,12) et à sa parole.

Ceci étant, nous ne pouvons pas imaginer le monde sans la lumière, sans le soleil. Car toute la vie biologique, végétale, animale et humaine existe grâce à la lumière. Dans la Bible, au commencement, la première chose que Dieu a créée par sa parole, c’est la lumière (Gn 1, 2).  La lumière éclaire le chemin et facilite notre vision. De même que la lumière extérieure est si importante pour la vie et pour la vision des choses extérieures, de même, nous avons vraiment besoin d’une lumière intérieure, celle de la parole de Dieu, pour notre vie spirituelle. Bien souvent, la parole du Seigneur est vue comme la lumière pour notre vie. Comme le dit le psalmiste « Ta parole est la lumière de mes pas, la lampe de ma route (Ps 119, 105) ». C’est la parole de Dieu qui éclaire plusieurs choses sombres dans notre vie. Elle est la source inépuisable pour la paix, le réconfort, la joie, la sagesse et la liberté intérieure. Avant tout, elle nourrit notre vie de foi et notre relation avec le Christ. D’ailleurs, le Christ lui-même a dit : « L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu (Mt 4, 4) ».

Chers frères et sœurs, comme le dit Saint Jérôme, rappelez-vous « Ignorer les Écritures c’est ignorer le Christ ».  Le pape François, d’ailleurs, s’appuie sur cette parole de Jérôme pour instituer ce dimanche de la parole de Dieu. Laissons éclairer nos vies à travers la lecture et la méditation de la parole de Dieu.

Parole de Dieu attire, appelle et amène les hommes et les femmes pour Dieu 

Ensuite, dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus commence son ministère en Galilée en appelant les gens à la conversion. En plus, Il pêche des pêcheurs, c’est-à-dire, il appelle les premiers apôtres Pierre, André, Jaques et Jean. Il leur dit, « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes (Mt 4, 19) ». Vous voyez que les enfants ont préparé et ont placé un filet avec des poissons dedans. Si vous regardez de tout près, vous apercevez que sur chaque poisson un ou plusieurs de vos prénoms sont écrits. Symboliquement nous nous retrouvons dans ce filet de la parole de Dieu. Vous direz peut-être, le filet est une image négative car cela fait allusion à la captivité et à la servitude. Les poissons ne sont plus libres dans le filet. Mais, de fait, le filet ici représente l’amour de Dieu. Quand nous tombons dans le filet de l’amour de Dieu, nous sommes entre les mains de Dieu, nous sommes protégés de toutes sortes de dangers.  Si nous ne tombons pas dans le filet de la parole de Dieu, dans l’amour de Dieu, nous risquons de nous perdre dans un grand océan de dispersion, de chaos, de ténèbres et de mort. D’ailleurs, la mer en grec, thalassa représente tanatos la mort.

Ceci étant, malheureusement, aujourd’hui, la plupart des gens sont pris dans le filet d’internet, dans le filet de distractions et de dispersions comme les jeux vidéos, facebook, messenger, whatsapp etc.  Chères frères et sœurs, au lieu de ça, laissons-nous attraper par le filet de la parole de Dieu qui est le filet de l’amour de Dieu.

La parole de Dieu unit le peuple de Dieu

Enfin, dans la deuxième lecture d’aujourd’hui, saint Paul appelle tous les chrétiens à l’unité. Il les exhorte en disant, « qu’il n’y ait pas de divisions entre vous, soyez en parfaite harmonie de pensées et d’opinions (1 Co 1, 10) ». Que ce soit l’époque de Paul, que ce soit l’époque d’aujourd’hui, nous constatons la tendance de divisions entre les chrétiens. Même si tout le monde adore le même Christ, nous sommes divisés au nom de notre dénomination, de notre congrégation, de notre communauté, de notre rite etc. La parole de l’homme parfois risque de provoquer les divisions. Mais pas la parole de Dieu. De fait, le pape a choisi le troisième dimanche du temps ordinaire – en 2020, le 26 janvier – parce que c’est un moment de l’année « où nous sommes invités à renforcer les liens avec la communauté juive et à prier pour l’unité des chrétiens » (Lettre apostolique, MOTU PROPRIO § 3). Le pape François souligne que, « La Bible est le livre du peuple du Seigneur qui, dans son écoute, passe de la dispersion et de la division à l’unité. La parole de Dieu unit les croyants et les rend un seul peuple. » (« MOTU PROPRIO » § 4).

Chers frères et sœurs, comme nous fêtons ce dimanche de la Parole de Dieu, prions pour l’unité des chrétiens, pour l’œcuménisme. De même, demandons un vrai désir, un vrai goût et un vrai intérêt à lire, à écouter et à méditer la parole de Dieu dans notre vie quotidienne. Amen.

Ashok BODHANA sj