Video du Jeudi le 2 avril 2020, Jean 8, 51-59, par P. Ashok BODHANA sj

Bonjour Chers frères et sœurs,

Nous sommes jeudi 2 avril 2020. En ce temps de confinement, la plupart des pays insiste de plus en plus pour que nous suivions et observions les règles et les consignes sanitaires donnés par leurs gouvernements. Autrement dit, pour pouvoir vivre et rester en bonne santé il faut absolument suivre et respecter les lois prescrites. De même, dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus nous dit que si quelqu’un garde sa parole il ne verra jamais la mort.  Autrement dit, si quelqu’un suit la parole de Jésus il vivra éternellement.

Ecoutons l’évangile de ce jour : Jean 8, 51-59

Jean 8, 51-59

En 2005, le célèbre entrepreneur, fondateur et PDG de la société Apple, Steve Jobs, s’adressant aux élèves de l’université de Stanford a dit ceci : « Personne ne veut mourir. Même les gens qui veulent aller au ciel, au paradis, ne veulent pas mourir pour y aller ». Nous ne voulons pas mourir. Nous avons un grand désir de vivre. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour protéger notre vie. C’est ce que tous les pays du monde sont en train de faire en ces temps contre l’épidémie.

Par ailleurs, dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus dit, « Amen, amen, je vous le dis : si quelqu’un garde ma parole, jamais il ne verra la mort. » (Jn 8, 51). Autrement dit, quiconque garde sa parole ou vit de sa parole sera protégé et va posséder la vie éternelle. La mort dont il parle ici n’est pas celle de notre mort physique mais celle de l’âme, la séparation de notre âme d’avec Dieu.

Ensuite, pour pouvoir garder la parole de Jésus, il faut, d’abord et avant tout, savoir quelle est sa parole ou quelles sont ses paroles. Il faut se renseigner et s’imprégner de ses paroles. Il faut les écouter et les méditer. Garder sa parole, c’est y demeurer (Jn 8, 31), en faire l’élément de notre vie intérieure et spirituelle (Jn 14, 23-24) et enfin y obéir et la mettre en pratique dans toute notre conduite. De fait, si nous gardons la parole de Dieu, nous seulement nous vivrons mais aussi nous fleurirons et porterons beaucoup du fruit tout au long de notre vie. Comme le dit le 1e psaume au verset 3, celui qui médite sur la parole de Dieu, « est comme un arbre planté près des ruisseaux : il donne du fruit en sa saison et son feuillage ne se flétrit pas ; il réussit tout ce qu’il fait ».

Dans l’évangile de ce jour, les juifs n’ont pas compris les paroles de Jésus. Ils n’ont pas reconnu sa parole comme divine. Jésus a beau essayer de leur faire comprendre son identité divine en leur disant « avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS », c’est-à-dire, leur révéler sa préexistence de Fils éternel par rapport à cet homme que fut Abraham, ils ne comprennent pas ses paroles. Jésus parle de sa relation, de sa connaissance et de sa communion avec son Père. Mais eux sont choqués, même scandalisés par les affirmations de Jésus.  Ils l’accusent d’avoir un démon en lui et ensuite ils essaient de le lapider. Pourquoi cela ?

En fait, Jésus et ses interlocuteurs juifs ne sont pas sur le même registre. Ceux-ci ne comprennent pas son langage (Jn 8, 43). Alors que Jésus leur parle en termes divins, eux, ils voient les choses selon la chair, selon les critères humains, visibles. Même s’ils acceptent Dieu comme Père ils ne le connaissent pas. Autrement dit, ils n’ont pas une expérience spirituelle, personnelle et intime avec Dieu le Père. C’est pourquoi Jésus leur dit : « Vous ne connaissez ni moi ni mon Père ; si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. » (Jn 8, 19).

Quoiqu’il en soit, le message central de l’évangile c’est que Jésus nous invite à garder sa parole et à avoir la vie éternelle et il nous invite à le reconnaitre comme Fils de Dieu.

Pour la méditation :

  1. Quelle est la place de la parole de Dieu dans ma vie ? Suis-je disposé quotidiennement à écouter la parole de Dieu dans l’écriture, dans ma prière personnelle, dans les événements de ma vie ?
  2. Quel est mon regard sur le Christ ? Qui est-il pour moi personnellement ?
  3. Est-ce que je prends beaucoup de temps pour comprendre le mystère du Christ ou est-ce que je fais tout simplement autant confiance au Christ en le voyant avec les yeux de mon cœur ?

Je termine cette réflexion en priant pour deux intentions :

J’aimerais confier au Seigneur tous ceux qui cherchent le sens de leur vie. Tous ceux qui se posent plein de questions sur leur vie. Tous ceux qui se cassent la tête pour tout comprendre. Tous ceux qui n’arrivent pas à avoir une vraie paix, un vrai repos dans leur vie. Que Dieu leur donne un esprit de confiance, d’espérance et de paix.

J’aimerais prier ce soir, pour les policiers qui essaient de garder l’ordre dans le pays. Parfois leur boulot n’est ni facile ni agréable. Tout le monde veut que les policiers les comprennent et qu’ils soient gentils. Mais parfois il y a des moments de tensions et qui surgissent à cause de malentendus. Que le Seigneur bénisse tous les policiers qui travaillent pour faire respecter l’ordre public et leur donne patience et bienveillance envers les gens. Amen.

Que Dieu vous bénisse tous. Le Père, le Fils et l’Esprit Saint. Amen.

Ashok BODHANA sj