Le jeudi 19 novembre 2020, Lc 19, 41-44

Le jeudi 19 novembre 2020, Lc 19, 41-44

Jésus pleure! Bonjour chers frères et sœurs. Merci de nous rejoindre pour la réflexion sur l’EV du jour. Au cours de ce re-confinement, certains d’entre nous, peut-être, traversent des épreuves et des moments difficiles au niveau financier, professionnel, familial etc. En télougou, qui est ma langue en Inde, il y a un proverbe qui dit : « On peut traverser la mer sans se mouiller les pieds mais on ne peut pas traverser la vie sans avoir les yeux humides ». A un moment ou à un autre de notre vie, nous avons tous pleuré pour telle ou telle raison. Dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus pleure sur Jérusalem. Ecoutons l’évangile pour voir pourquoi ? …..

 

Réflexion

Le contexte de cet évangile est l’entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem, ce que nous commémorons le dimanche des Rameaux. Les gens le louaient, se réjouissaient en criant, ‘Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur” (v.37). Mais d’un seul coup, tout change. Au moment où Jésus regarde au loin, la ville et le temple, il est submergé par l’émotion. Il pleure. Remarquons d’abord ces larmes de Jésus. Le verbe, “pleurer” mérite notre attention. On ne pleure pas tout le temps ou pour rien. On pleure pour exprimer une émotion intense, profonde à l’égard de quelqu’un ou de quelque chose. On pleure aussi par empathie.

Jésus a pleuré à trois occasions : d’abord, à la mort de son meilleur ami Lazare (Jn 11, 35) où son esprit frémit, se troubla à la vue de Marthe et Marie. C’est l’aveu de son amour pour Lazare. Ensuite, il verse aussi des larmes de douleur en pensant à sa Passion (He 5, 7). Enfin, à l’entrée de Jérusalem où ses larmes révèlent le sort futur de la ville, quand elle sera envahie par l’armée romaine et le temple détruit en l’an 70.

De fait, dans le contexte de l’évangile, pourquoi Jésus pleure-t-il sur Jérusalem ? En vérité, pas par peur des souffrances et de la crucifixion qu’il va y endurer. Il se soucie surtout de la ville, du temple et du peuple de Jérusalem. Ses larmes font penser à celle du prophète Jérémie (Jr 13, 17). Ce sont des larmes prophétiques.

Jésus pleure pour plusieurs raisons :

D’abord, pour les péchés, pour la corruption du peuple. Il a non seulement pleuré mais s’est fâché face aux vendeurs dans le temple. A la suite de cet évangile, Il les expulse et dit : « Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits (v.46) ».

Ensuite, Jésus pleure à cause de l’aveuglement spirituel du peuple, qui ne l’a pas reconnu comme le fils de Dieu. Comme dit St. Jean, « Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu » (Jn 1, 11).

Enfin, Jésus pleure parce que le peuple n’a pas accueilli et écouté la parole de Dieu. Il est resté indifférent, enfermé et sourd à sa Parole.

Qu’est-ce que cet évangile ou les larmes de Jésus peuvent me révéler dans ma prière ? 

 Voilà, donc, quelques pistes pour votre prière personnelle ou pour votre contemplation :

  • Trouvez un endroit silencieux et propice pour votre prière.
  • Imaginez que Jésus vienne vous rendre visite à Bordeaux ou dans la ville où vous êtes en ce moment.
  • Regardez le visage de Jésus et remarquez surtout les sentiments profonds qu’Il exprime à votre égard. Quels sont-ils ? Vous pouvez les notez.

A la fin de votre prière, vous pouvez avoir un petit dialogue avec lui comme avec un ami et lui demander la grâce dont vous avez besoin.

Intention

Je termine cette réflexion en priant pour ceux qui pleurent à cause de la perte d’un être cher, d’une relation ou d’une amitié précieuse, ou d’un emploi perdu etc. Que le Seigneur les console et leur donne la paix. Qu’il leur donne également la grâce de la réconciliation dans leurs relations. Amen.

Ashok BODHANA s.j.