29ème dimanche du temps ordinaire – Année B –

image_pdf

Dimanche 17 octobre 2021

29ème dimanche du Temps Ordinaire – Année B

Lectures  :    Is 53,10-10               Ps 32         He, 4, 14-16             Mc 10, 35-45

La célébration sera diffusée en direct ou en replay, pour la regarder

Homélie :

Tous ceux qui se disent « amis du Seigneur » ont un réajustement constant à faire : est-ce que je suis vraiment l’ami du Seigneur ? Qui est-il pour moi ?  Et moi qui suis-je pour lui ?

C’est le cas de Jacques et de Jean dans l’Evangile qu’on vient de lire… Ils sont des amis de la première heure. Jacques a même été l’un des tout premiers appelés, et Jean dit souvent de lui-même : « le disciple que Jésus aimait », ce qui au passage ne veut pas dire que Jésus n’aimait pas les autres ( ! ) mais bien plutôt : « le disciple qui se savait aimé de Jésus ». Tous les deux demandent à Jésus d’occuper la première place dans son Royaume, et Jésus les réprimandent. Ils les invitent à désirer autre chose, à devenir des serviteurs !

Qu’est-ce qu’un serviteur ?

C’est quelqu’un qui ne choisit pas ce qu’il va faire. On lui donne des consignes, un travail à réaliser, et il l’exécute.

C’est aussi quelqu’un qui n’attend pas de remerciement. Il a juste fait ce qu’il devait faire

Un bon serviteur c’est quelqu’un qui cherche à satisfaire pleinement celui qu’il sert, d‘ aller même au-devant de ses désirs, d’anticiper.

Et c’est quelqu’un qui trouve sa joie, son bonheur, dans le bien être de celui qu’il sert.

Jésus m’invite à me rendre serviteur de ceux qui m’entourent. Ce n’est pas facile parce qu’il y a bien des obstacles à franchir… Et si l’autre en profitait pour m’exploiter ? S’il profite de ma gentillesse ? Et puis j’ai autre chose à faire que de m’occuper des autres ! D’ailleurs ils ne me le rendent guère ! J’ai voulu l’aider, et je me suis fait rembarrer : « occupe-toi de tes affaires ! »

C’est pourtant le chemin qu’a choisi Jésus. Il s’est fait « le serviteur de tous », en commençant par les plus démunis. On dit dans l’Evangile qu’il était sans cesse dérangé, par toutes sortes de gens, des gens qui voulaient un peu de pain, ou une guérison, ou une intervention auprès des autorités…. Il les accueillait, il leur donnait tout son temps, toute son attention, sans regarder à la fatigue. Il était obligé parfois de se cacher, ou de se retirer la nuit dans des endroits déserts, pour pouvoir enfin prier et s’adresser à son Père.

Il a invité Jacques et Jean, ses amis, et moi avec, à se rendre nous aussi serviteurs, en particulier auprès de ceux qui ont le plus besoin de soins, d’aide, de soutien, de considération.  Dans toutes les classes, à l’école ou au lycée, dans tous les groupes humains, au bureau, à l’atelier, dans l’association, ou même dans la paroisse, il y a des gens qu’on laisse de côté, qui n’ont pas d’amis, à qui personne ne parle, que l’on juge pas intéressants parce qu’ils sont étrangers, ou vieux, ou moches, ou tout simplement timides. Dans la Bible, on les appelle des « anawim », c’est-à-dire des petits, des courbés…  Et si je regarde bien tout autour de moi, je vais en découvrir tout plein, des copains de classe, des collègues de travail, des voisins, que j’ignore complètement, alors qu’ils ont eux aussi soif d’amour, de reconnaissance, d’amitié. Et Jésus n’a que moi pour leur dire qu’ils sont grands, qu’ils sont respectables, qu’ils sont aimables ! Combien de fois il est arrivé dans notre pays que l’on découvre, à l’odeur, quelqu’un mort tout seul chez lui depuis trois jours, huit jours, ou même un mois ! Et personne ne s’en était inquiété !

J’ai à regarder tout autour de moi, et peut-être à faire mien ce bel idéal, cette belle devise :

Aimer et servir

Faire de ma vie un service, ne plus chercher à prendre la première place, mais la proposer aux autres, en particulier à ceux qui sont effacés, silencieux, discrets…

Je vais laisser la parole à deux enfants du caté qui ont accepté de donner un petit témoignage……………………………………………………………………………………………………………………………………….

Voila deux super manières, à votre portée, de vous rendre « serviteurs »

Par l’accueil du nouveau

Par le service de la classe

Je ne sais pas si un collégien ou un jeune du MEJ souhaitent eux aussi donner un témoignage de ce qu’ils peuvent faire pour laisser aux autres les premières places…………………………………………….. ?

Sinon, dans le silence de notre prière, je peux demander au Seigneur qu’il m’aide à prendre très au sérieux ce qu’il a demandé à Jacques et à Jean.